Connexion | M’enregistrer




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 13 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Noochronique cybersexuelle : 1978 "Le réseau"
UNREAD_POSTPosté: Ven Mai 29, 2009 2:29 pm 
NooFondateur
Avatar de l’utilisateur
Inscription: Mar Jan 09, 2007 3:21 am
Messages: 1160
Noochronique cybersexuelle :
1978 "Le Réseau" : Une Noocasion manquée.

http://www.yannminh.org/french/TxtNooch ... u-010.html


Cela se passait vers 1978, j'avais 21 ans, un charme certain mais j'étais encore handicapé par un excès de timidité qui m'a fait rater une belle aventure cybersexuelle.

Image


Je commençais mes études dans les grandes écoles d'art Parisiennes, mes parents venaient de m'offrir une 4L et sur le chemin qui me ramenait vers mon petit studio rue de Vaugirard j'avais pris en stop une jeune femme de mon âge près du jardin du Luxembourg.
Par plaisir, charmé par sa beauté et cette fin d'après midi ensoleillée à la circulation fluide, je décidais de la conduire jusque chez elle vers la porte de Versailles. ça me faisait revenir sur mes pas mais c'était une époque où, jeune cyborg encore sous l'emprise de la narcose narcissique automobile, j'aimais conduire dans Paris dont je découvrais les charmes et les secrets.

Julie, pourtant peu loquace durant le trajet, proposa que je l'accompagne chez elle pour boire un verre.
Nous sommes entrés dans un vieil appartement parisien ténébreux, aux papiers peints sombres et aux volets fermés. Il était encombré de meubles anciens qui ne correspondaient pas au style étudiante de mon hôte et de ses deux jeunes compagnes qui s'affairaient fébrilement autour d'un empilement disparate de matériel électronique posé sur la table du salon.
Jullie me proposa une boisson, un Fanta il me semble, et me délaissant aussitôt, s'empara d'un des micros connecté aux boîtiers d'où émanait une cacophonie de voix nasillardes entrecoupées de ce long bip caractéristique qui indiquait que le téléphone sonnait chez un correspondant absent.

Adeptes du cybersexe, Julie et ses amies communiquaient sur ce réseau téléphonique pirate que certains appelaient tout simplement "le Réseau".

Le système de transmission téléphonique était encore analogique et un défaut insoluble de pollution électrique dans les faisceaux de câbles regroupés dans les lignes téléphonique permettait, en composant certains numéros, d'établir des conférences à plusieurs personnes dans les silences entre les sonneries.

"Le Réseau" augurait déjà par bien des côté les futurs réseaux sociaux numériques du 21me siècle. Grâce à ce vice technique exploité par la résistance pendant le seconde guerre mondiale, "Le Réseau" fédérait avec la "Cibie", une des premières communauté d'adeptes du cybersexe et des rencontres amoureuses.

Sans équipement spécifiques, le brouhaha des connectés était le plus souvent à peine audible, mais, en toute illégalité les Noopirates de l'époque, qu'on pourrait appeler des "préPhreakers", avaient mis au point des assemblages électroniques qui permettaient d'atténuer le son intermittent et désagréable de la sonnerie tout en amplifiant la myriade de voix ténues qui habitaient les silences électriques entre les bips, rendant ainsi parfaitement distinctes les conversations.
Certains parlaient au travers d'amplificateurs, qui, en augmentant l'intensité du signal émis dans les lignes téléphoniques leur permettait de dominer les nooéchanges de leurs voix surpuissantes. Ces pratiques étaient bien entendu totalement interdites.

" Vampa20 à Robert 92, j'ai les seins qui pointent, et je te veux dans ma bouche !"
Tuuuuuuuuuuut
"Robert92 à Vampa20, décris toi, tu me fais bander"
Tuuuuuuuuuuut
" j'ai 20 ans, je suis rousse avec une grosse poitrine, et j'adore sucer"
Tuuuuuuuuuuut
" Où es tu Vampa20 ?"
Tuuuuuuuuuuut

Les trois jeunes femmes semblaient ne plus faire attention à moi, assises autour de la table ronde, elles étaient absorbées par cette cacophonie de bruits électroniques et de voix électriques lointaines échangeant leurs propos obscènes dominés par intermittence par les voix graves artificiellement réverbérées des correspondants équipés d'amplificateurs.

Le contexte surréaliste généré par la crudité des mots employés contrastant avec la concentration très sage de mes hôtes m'avait mis dans un état second.

Déconcerté par une sexualité aussi ouvertement verbalisée par les jeunes femmes, ma pensée dériva vers les Chroniques Martiennes de Ray Bradbury qui mettait en scène un réseau téléphonique devenu vivant mais pervers, tandis que ma subconscience inquiète et intimidée m'exhortait à quitter les lieux sans plus tarder.

Julie manipulait une Cibie parasitée, de laquelle émergea soudain une voix d'homme mure aux intonations dominatrices :

- "Je rentre dans une heure, qu'est ce que vous faites?"
Julie leva un bref regard vers moi :

- "on a un invité"
- " ah oui? Il est comment ? "
- "Il a des lunettes, il est brun,"
- "il fait quoi ?"
- "Il attend"

Image
Et c'est à ce moment, hélas, que j'ai cédé à la panique, j'ai posé mon verre sur la table : -"Je suis désolé, je ne peux pas rester, je dois rentrer, j'ai un rendez-vous."

Julie a dit quelquechose finissant par "QRX" dans le micro, s'est levée avec une expression déçue:
-"Tu veux vraiment t'en aller? Reste."

Elle était tout près de moi, mais j'étais trop intimidé et déstabilisé pour céder à une avance que je n'avais pas comprise.
J'avais besoin de temps pour assumer cette réification et intégrer tout ce qui venait de se passer, il me fallait partir.
Elle m'a accompagné sur le palier et m'a embrassé d'un léger baisé sur les lèvres:
- "tu reviendras ? "
- "Oui promis... "

Une heure plus tard, coincé dans les embouteillages du soir, commençant enfin à comprendre ce qui venait de m'arriver, ou plutôt ce qui ne m'était pas arrivé, je maudissais ma timidité :
Je venais d'être invité par une jolie jeune femme plus geek que moi à une soirée pleine de promesses, et, malheureusement, fraîchement débarqué de ma petite ville de bretagne, dépassé par la situation j'avais fui cette invitation à la fois improbable et merveilleuse.
J'ai fait demi-tour, et j'ai tourné en vain dans leur quartier à la recherche de leur immeuble : Je n'avais pas noté l'adresse.

Souvent, au hasard d'appels téléphoniques, décelant parfois dans le silence entre les sonneries le brouhaha ténu et lointain "du réseau", j'ai guetté la voix de Julie, espérant pouvoir peut-être vivre enfin cette nuit dont les fantasmes jamais réalisés me hantent encore... pour mon plus grand plaisir virtuel :-)

Yann exNooTimide.



------------------------------
42 : CYBERSEXE ET PROTORÉSEAU TÉLÉPHONIQUE, LA RÉPONSE

Suite à ma petite noochronique historique du 29 Mai 2009 autour du cybersexe, http://www.yannminh.org/french/TxtNooch ... u-010.html, et de mes requêtes sur les forums, listes, newsgroups, relatives au protoréseau social qu'était le "Réseau téléphonique" clandestin des années 70/80 , les webmasters du site quarante deux ( http://www.quarante-deux.org/ ) (un grand merci) m'ont mis en relation avec un correspondant connaissant très bien "Le Réseau" et qui a préféré garder l'anonymat... (un grand merci)

Avec son accord, voici donc les informations détaillées qui m'ont été transmises par ce mystérieux correspondant au pseudonyme d'Outlander, et dont j'espère vous apprécierez à la fois la prose savoureuse et haute en couleurs, et la précision de ses souvenirs.

--------------------
Outlander, le 4 juin 2009 22:09:14 HAEC

Outlander, le 4 juin 2009 22:09:14 HAEC

Yann, toi qui lis ceci, laisse toute espérance car, après avoir pris connaissance de ton texte sur http://www.facebook.com/l/;http://www.f ... crypte.net, il m'apparaît à l'évidence que je risque de t'être d'une grande inutilité, les informations que je te propose ci-dessous relevant surtout de l'anecdote. Mais foin, voici ce que je peux t'en dire, la plus belle fille du monde ne pouvant donner que ce qu'elle a... même quand elle a tout comme moi du poil aux pattes!

Côté technique, je ne dispose d'aucun document, aucun plan, et de souvenirs fort vagues, à l'époque moins intéressé par un emploi viatique dans les télécommunications que par les petits hommes verts et les êtres pédonculés venus d'Uranus (entre autres choses). Quoi qu'il en soit et surtout n'en soit pas...

...tu as raison, le Réseau Téléphonique fut d'abord utilisé par la Résistance à partir d'un défaut des lignes et des matériels. Lorsque plus tard le réseau "officiel" s'est étendu, sa nature électromécanique, au début bien plus mécanique qu'"électro", a permis aux "pré-phreakers", comme tu les appelles judicieusement, d'utiliser à nouveau ces imperfections mais aussi les possibilités des trois systèmes "spatiaux" en place (*). Ce que tu appelles "un défaut insoluble de pollution électrique dans les faisceaux de câbles regroupés dans les lignes téléphoniques" était en majeure partie dû à un phénomène d'induction entre conduits avoisinants ou de contacts avec conduction due à l'humidité, l'usure, etc. Mais c'était un phénomène peu fréquent et épisodique car promptement signalé par des abonnés se retrouvant fortuitement en contact entre eux sans l'avoir désiré, la chose pouvant se situer hors du central, dans les armoires de répartition d'immeubles, les distributions de rues, autres cas. De ma propre expérience (comme tout ce que je t'écris ici), ces défauts, temporaires et peu "fiables" pour une exploitation détournée, ne constituaient pas l'essence même des réseaux téléphoniques clandestins, du "Réseau Téléphonique" (que je m'en vais si tu le permets abréger en "RT" pour ne pas le confondre avec le RTC, i.e. le Réseau Téléphonique Commuté officiel reliant tous les abonnés d'alors - qui n'étaient pas encore appelés "clients").

Avant que la commutation spatiale ne cède progressivement le pas à la commutation temporelle (*) sous-tendue par de nouveaux types de technologies, des RT ont vu le jour non par le fait de défauts peu utilisables mais par les soins - je peux le dire à présent, il y a prescription - de techniciens en place dans les centraux ou d'agents de lignes, voire des monteurs du privé présents sur les sites pour des constructions, mises à niveau ou modifications (France Telecom ne "fabriquant" pas les matériels mais les achetant à Alcatel, Ericsson et autres concepteurs et constructeurs), personnels ayant suffisamment de notions de téléphonie pour oeuvrer avec discrétion dans l'obscur des travées... En fait, la technique, dont je ne peux te rendre compte pour ne pas la connaître avec précision, était sans nul doute assez simple, un câblage fixe, "filaire", faisant arriver un nombre assez étendu d'appelants sur un même "joncteur"(**). Il est probable que le câblage d'une "route" au sein des traducteurs ait été aussi nécessaire afin d'orienter les réseauteurs vers la bonne connexion; à vérifier. Les appelants initiés au RT disposaient d'un ou plusieurs numéros de même préfixe à composer, diffusés à quelques privilégiés puis rapidement essaimés selon le phénomène bien connu du téléphone arabe (si j'ose écrire). Il te souvient sûrement que ces numéros devenaient l'objet d'âpres échanges et que l'utilisateur des RT trimballait toujours dans sa poche un précieux agenda fait de listes de numéros de réseaux téléphoniques, souvent barrés ou à re-essayer de temps à autre car éphémères. Selon les centraux, en effet, le responsable, mis au courant, traquait le RT et le faisait détruire sur le champ, à Paris notamment. Dans les centres de moindre importance d'Ile-de-France ou de province, parfois le chef technicien ne pressait pas à la manoeuvre lorsqu'il ne fermait pas carrément les yeux... ce qui lui permettait d'apparaître lui-même dans certains cas sur le RT de son central sous l'un ou l'autre pseudonyme.

Au moins trois types de RT existaient. Les deux premiers étaient les plus inconfortables:

- les RT construits sur un numéro fictif ou sans décroché. Comme tu le décris bien, les appelants obtenaient en ligne le fameux "retour d'appel", modulation périodique bien connue faisant dire à l'utilisateur: "ça sonne", en fait l'équivalent envoyé au demandeur pour le renseigner et le rassurer du vrai train de sonnerie se manifestant dans le même temps chez le demandé. Ainsi que tu dois t'en souvenir, le silence de quelques pauvres secondes entre les tonalités voyait la ruée des "annonceurs" qui se dépêchaient, le plus souvent au mépris de toute civilité, de donner, à qui le plus fort et le plus clairement, leur propre numéro de téléphone ou un moyen de les joindre, ce à l'adresse de la dame (ou du monsieur) éventuellement présents et en attente muette ou non sur la ligne. Le temps de parole étant limité - c'est un euphémisme -, il y était dont plus question de pragmatisme et de rapidité que de réels échanges, à quelques exceptions près. Si certains RT étaient, selon les heures, assez calmes, la plupart n'étaient donc pas exactement un lieu de courtoisie mais un terrain de chasse où les grands prédateurs (armés, comme tu l'indiques fort justement, d'amplificateurs) ne concevaient aucun état d'âme à l'endroit des petits chasseurs. Pourtant, ces puissants équipés de matériel sophistiqué, qui n'étaient pas les plus nombreux sur les RT que j'ai connus, n'étaient pas non plus les plus aimés et donc les plus victorieux en fin de compte, ce d'autant que ces RT étaient non taxés et que, paradoxalement, malgré la presse à se faire connaître dans les intervalles de silence, beaucoup y passaient de nombreuses heures, y trouvant une sorte de monde parallèle à défaut de cordial, où ils oubliaient leur solitude et leur quête.

- la deuxième catégorie de RT, parfois plus astreignante encore, correspondait à des numéros d'appel aboutissant à des machines parlantes (ainsi l'Horloge Parlante, comme tu le signales, sans doute la plus connue mais qui pourtant perdura assez longtemps de façon plus ou moins incompréhensible, bénéficiant sans doute de l'indulgence de tiers). Là, c'est dans les creux des messages diffusés par ces audiotels avant l'heure qu'il fallait délivrer son petit speetch, ce qui provoquait une même bousculade vocale que dans le cas précédent. Il arrivait toutefois, dans l'un et l'autre cas, qu'en des heures nocturnes plus calmes ou sur des RT moins connus, souvent naissants, les annonces cèdent la place à de véritables conversations, rapprochant alors ce système pirate de l'usage vocatif de la Cibie.

- un troisième type de RT existait, pour l'avoir moi-même connu, constituant la panacée, le phénix, la crème des RT, à savoir le réseau absolument dénué de parasites, de messages enregistrés ou de trains de sonnerie. Ces réseaux, très protégés, duraient malgré tout le plus souvent beaucoup moins que ce que durent les roses, du moins je l'imagine pour n'en avoir jamais connu qu'un seul.

Il me revient, à propos d'un autre type de parasitage, que quelques mauvais plaisants, rancuniers ou sabordeurs en tout genre, se manifestaient parfois soudainement sur le RT, noyant les messages sous un flot incessant de musique ou de discours hargneux, ce dicté par quelque raison précise ou la simple gratuité défoulatoire, chaque communauté, légale ou secrète, générant, c'est bien connu, ses propres barbares.

Quoi d'autre ? Pour ma part, malgré ou à cause des difficultés liées à ce medium illicite, difficultés qui contribuaient, pour autant, à son charme, j'ai plus "rencontré" et bien plus rapidement qu'en deux décennies de sites de rencontres plus ou moins spécialisés, peuplés, je ne te l'apprends sûrement pas, de bien moins d'intéressés que de fantasmeurs indécis, plaisantins immatures, agents des r.g. oisifs ou animateurs besogneux, de logiciels experts sinon intelligents, de dames travailleuses (il en était aussi sur certains RT) et j'en saute - même si je n'en ai pas sautées beaucoup...-, lieux majoritairement dédiés à l'exploitation du gogo et du simulacre, autant de sites que Phil Dick aurait adoré détester. Peut-être les choses se sont-elles améliorées avec le temps, tout phénomène de société - et la convivialité en ligne en fut bien un - connaissant à ses débuts une période d'immaturité: on se souvient du public riant aux premiers "nus" projetés par les frères Lumière. Un phénomène persiste pourtant, traversant les époques tout en s'amplifiant sans doute avec l'arrivée du sida - et ton texte à cet égard le décrit fort bien ("[...] les trois jeunes femmes semblaient ne plus faire attention à moi, assises autour de la table ronde") -, celui de la fascination pour le medium, une fois de plus au détriment du message, phénomène classé où se confondent sujet et objet, outil et utilisation de l'outil, celui-ci se transformant en sa propre finalité ainsi chez beaucoup d'utilisateurs de l'informatique domestique, phénomène qui se retrouve objectivé par l'usage actuel des mobiles (et non des "portables" ainsi que l'on s'obstine à les appeler, confondant les cellulaires avec les combinés "à base" de nos appartements), jusqu'à presque donner raison au maléfique "Tractatus logico-philosophicus".

Une question légitime (à laquelle tu as répondu à mon sens fort justement dans ton dernier message) serait de se demander si, indépendamment du piratage informatique connu actuel poursuivant d'autres buts, de tels modes de communication parallèle (ou plutôt nichée dans les modes connus) existent aujourd'hui ou ont encore un sens. Pour ma part, je n'en connais pas. Il est vrai que, d'une part, les numéros officiels en 69 69 et autres expressives numérotations instrumentalisent à la base beaucoup d'amateurs potentiels et que le technicien caressant l'idée de tels réseaux doit se "loguer" chaque matin à son pupître sous son identifiant personnel, n'ignorant pas que sa cession entière, que chaque mouvement de ses doigts sur le clavier seront intégralement enregistrés. Mais qui saurait dire ? Tout est possible en informatique, à l'heure où les dernières générations de centraux (qui n'en sont plus ou presque mais des routeurs intelligents) ne comportent plus d'organes pré-établis (traducteurs, enregistreurs, etc.) mais une entité informatique floue, en attente, une sorte de soupe primale numérique se transformant selon le besoin du moment en l'un ou l'autre organe. Imagine un astronef qui adapterait sa technologie, positronique puis tachyonique, puis rhodomagnétique... selon le milieu, l'univers traversé. Belle idée de SF dont je te fais ici cadeau, pas de quoi.

J'ai fouillé mes étagères mais n'ai rien conservé, ni d'éventuels pseudonymes "connus", ni de numéros de RT de l'époque, ni du F.A.S., le Fameux Agenda Sacré contenant toutes ces précieuses informations à même en son temps de nous gratifier du trouble et délictueux frisson de la marginalité, ou ce que nous voulions prendre pour tel, avec, pour citer un auteur de SF sans le citer, "la grâce un peu effarouchée de la déviance".

Deux éléments, malgré tout, me reviennent. Le nom sur un RT d'une dame souvent présente en ces années 70. "L.", alias "Maîtresse C." ou "S.L." sur le serveur DOMINA (le lecteur de ce forum comprendra par ces moultes abréviations qu'il y a lieu ici de ne pas entacher l'intimité des personnes). Elle doit avoir cinquante ans à présent ; peut-être Maîtresse F. (que je cite après toi quant à elle pour appartenir aujourd'hui à l'histoire du SM) a-t-elle gardé un contact et pourrais-tu lui poser la question en toute délicatesse. J'en conviens, c'est fort vague. Dans le même désordre d'idées vagues, les habitués d'un certain RT se réunissaient régulièrement, peut-être le savais-tu, dans un bar ou restaurant parisien, "l'[...]" pour ne pas le nommer, situé à l'époque rue [...], peut-être au 121, rien n'est moins sûr. Le Watson ou le Holmes que tu me sembles être verra peut-être là une amorce de piste plus intéressante sur laquelle enquêter: quoi de plus bavard qu'un restaurateur?...

...un Outlander, peut-être. Aussi est-il temps que je t'épargne la suite de ce qui n'était, te disais-je, qu'un témoignage fait d'une succession d'éléments imprécis.

Bien sûr, tu peux toujours me poser des questions s'il t'en vient à l'esprit mais, a priori, et même a posteriori, il me semble t'avoir livré le "reliquat vestigal et résiduaire des pauvres moires ondulantes de ma mémoire"... De mon côté, si quelque chose me revenait en tête, sois sûr que je t'en ferais écho.


Postambule: une rencontre féminine du RT (décidément, ces abréviations sont horribles, veuille m'en excuser) m'avait offert il y a quelques années un roman qui eut son heure de gloire aux U.S.A., décrivant une relation téléphonique née d'une rencontre sur le réseau américain. Il est possible que tu le connaisses, il s'agit de "Vox" de Nicholson Baker. Dans le cas contraire et si cela t'intéresse, tu pourras le trouver

- en anglais ici:
http://www.facebook.com/l/;http://http: ... Livre.html

- et ici en français:
http://www.facebook.com/l/;http://http: ... -Livre.htm

De mémoire, c'était assez superficiel mais peut-être pourrais-tu malgré tout y pêcher des informations. Pour t'en faire une idée:

http://www.facebook.com/l/;http://http: ... 45567.html

Allez, bien à toi et expansion à ton ego, je ferme.
Outlander


(*) les systèmes de commutateurs analogiques à technologie électromécanique spatiale (CP 400, Rotary et Pentaconta) ont évolué dès les années 70 vers des systèmes de commutation temporelle. Contrairement à la commutation spatiale qui oriente les signaux téléphoniques tels qu'ils lui sont transmis à partir du microphone de l’appareil d’un utilisateur, la commutation temporelle ne les aiguille qu’après les avoir échantillonnés dans le temps et transformés en combinaisons numériques comme tu le sais sans doute selon le principe de la modulation par impulsions codées (MIC).

(**) organe reliant deux abonnés (en principe...), un demandeur et un demandé, après analyse du numéro appelé par le "traducteur" (pour le diriger dans la bonne direction) et du numéro demandeur, pour taxer ce dernier. Pour taxer ce dernier en principe aussi, mais ne nous y étendons pas, c'est là une tout autre histoire...


Dernière édition par yann.minh le Lun Juin 08, 2009 1:30 am, édité 23 fois.

 Hors ligne
 
 Sujet du message:
UNREAD_POSTPosté: Sam Mai 30, 2009 10:47 am 
NooActif
Avatar de l’utilisateur
Inscription: Ven Juil 27, 2007 1:27 pm
Messages: 84
huhu j'adore les tranches de vie surréalistes yannminhiennes ^^

encore !


 Hors ligne
 
 Sujet du message:
UNREAD_POSTPosté: Dim Mai 31, 2009 1:25 pm 
NooFondateur
Avatar de l’utilisateur
Inscription: Mar Jan 09, 2007 3:21 am
Messages: 1160
mmm merci Zocat, et Imagine tout ce que je vais pouvoir raconter dans 20 ans... ;-)


une histoire de la Cibie
http://www.cybertribes.com/presentationCB.html

Sinon quelques questions pour les autres pappy cyberpunks...

En, fait, il semblerait que je sois un des rares à se rappeller de l'existence de ce réseau social précurseur qu'était "le réseau", et je suis à la recherche d'autres témoignages et des compléments d'informations techniques sur son mode de fonctionnement, ses origines.
(Histoire aussi de me confirmer que j'ai pas rêvé ce réseau ;-)

Je sais que "Le réseau" à l'époque exploitait une défaut des lignes de téléphone analogiques, qui était lié à une sorte de pollution électromagnétique entre les cables du fait de leur proximité.
Et que ce "réseau" était également utilisé pendant la seconde guerre mondiale pendant la résistance, (Mais je ne trouve pas de documentation sur le sujet).

Je l'ai pratiqué un petit peu dans les années 78 à 84, en particulier, il me semble me souvenir qu'un des numéros "du réseau" était l'horloge parlante.
par contre hélas, j'ai perdu les autres numéros qu'on utilisait, quelqu'un en aurait 'il en mémoire?
De même, il existait des "amplis" qui permettaient d'amplifier les voix et de les déformer avec des effets de réverbération pour qu'elles soient plus présentes entre les biip de la sonnerie d'attente.
Quelqu'un aurait des photos, des noms, des plans de ces amplis... ?

Idem, comme sur les réseaux sociaux contemporains, les "acteurs" du réseau utilisaient des pseudo, dont certains étaient célèbres...
quelqu'un connaîtraient certaines "célébrité" du réseau et leur pseudo à l'époque ? Et auraient leur contact aujourd'hui?

Voila, merci si vous avez des infos sur cet ancêtre des réseaux cybersexe..


 Hors ligne
 
 Sujet du message:
UNREAD_POSTPosté: Dim Mai 31, 2009 10:14 pm 
NooActif
Avatar de l’utilisateur
Inscription: Ven Juil 27, 2007 1:27 pm
Messages: 84
yann.minh a écrit:
mmm merci Zocat, et Imagine tout ce que je vais pouvoir raconter dans 20 ans... ;-)


haha, mais tu sais très bien qu'à ce moment là, absolument personne ne te croira!
:twisted:

En tout cas j'ai hâte d'avoir les suites de l'histoire du Réseau!
Je trouve ça génial comme concept, très anticipation, ya une histoire à tirer de tout ça ...


 Hors ligne
 
 Sujet du message:
UNREAD_POSTPosté: Dim Mai 31, 2009 10:35 pm 
NooFondateur
Avatar de l’utilisateur
Inscription: Mar Jan 09, 2007 3:21 am
Messages: 1160
méééé heuuuu, cépa une fiction... c'est la réalité :-)

Chipie... :-)


 Hors ligne
 
 Sujet du message:
UNREAD_POSTPosté: Dim Mai 31, 2009 10:44 pm 
NooDiscret
Avatar de l’utilisateur
Inscription: Sam Fév 17, 2007 11:19 pm
Messages: 45
... t'as rêvé... :lol:


 Hors ligne
 
 Sujet du message:
UNREAD_POSTPosté: Mar Juin 02, 2009 11:05 pm 
NooFondateur
Avatar de l’utilisateur
Inscription: Mar Jan 09, 2007 3:21 am
Messages: 1160
eh eh..

Je croyais, mais non, j'ai pas rêvé, j'ai déja 3 témoins de l'existence de ce réseau..

Yann NooRéveur...


 Hors ligne
 
 Sujet du message:
UNREAD_POSTPosté: Ven Juin 05, 2009 8:12 pm 
NooActif
Avatar de l’utilisateur
Inscription: Lun Fév 26, 2007 7:37 pm
Messages: 144
Localisation: Reuilly-Sauvigny
Je me souviens en effet de l'horloge parlante... que j'ai dû écouter une ou deux fois... après 82.

Mais mes souvenirs se sont très vagues...

Mister EJK

_________________
"La frivolité n'est point mon vice".
Marquis de Sade in Juliette


 Hors ligne
 
 Sujet du message:
UNREAD_POSTPosté: Sam Juin 06, 2009 7:13 pm 
NooFondateur
Avatar de l’utilisateur
Inscription: Mar Jan 09, 2007 3:21 am
Messages: 1160
Suite à mes requêtes, j'ai obtenu une information détaillée sur le "réseau téléphonique" clandestin des années 70 80. Que j'ai ajoutée à la suite du premier message de ma noochronique afin que ça ne fasse qu'un seul document, plus facile à appréhender pour les futurs lecteurs.

Je vous invite donc à le lire, à la suite de ma petite histoire au début de cette enfilade.

Yann NooEnfileur...


 Hors ligne
 
 Sujet du message:
UNREAD_POSTPosté: Dim Juin 07, 2009 10:36 pm 
NooDiscret
Avatar de l’utilisateur
Inscription: Sam Fév 17, 2007 11:19 pm
Messages: 45
...tu n'as pas rêvé... et ils subissaient déjà une sorte de spam !!!! :D


 Hors ligne
 
 Sujet du message:
UNREAD_POSTPosté: Lun Juin 08, 2009 2:34 am 
NooFondateur
Avatar de l’utilisateur
Inscription: Mar Jan 09, 2007 3:21 am
Messages: 1160
Vi... je relis encore le message d'Outlander, et j'ai vraiment l'impression de naviguer dans une fiction PréCyberpunk, car ce réseau téléphonique clandestin était mis en place précisément par le personnel travaillant sur les sites... ça a des parfums jubilatoires aux noofragrances oscillant entre Steampunk et Cyberpunk façon Terry Gilliam dans Brazil...

Effectivement Octavie, ça donne envie d'en faire une fiction... l'image de ma rencontre des trois jeunes filles dans un appartement sombre autour d'un entrelacs de cables et de boitiers électroniques, évoque certaines scènes du Bunker de la Dernière Rafale, ou d'Eraser Head, en passant par Tetsuo... et les techniciens des télécoms, qui tirent des liaisons pirates dans les travées techniques à l'insu de leur direction, pour pouvoir activer leurs réseaux de rencontres cybersexes, inspire des scènes surréalistes façon constructivisme ou expressionnisme cinématographique...

Yann, NooInspiré...


 Hors ligne
 
 Sujet du message: Re: Noochronique cybersexuelle : 1978 "Le réseau"
UNREAD_POSTPosté: Lun Juil 04, 2011 2:08 pm 
NooDiscret
Avatar de l’utilisateur
Inscription: Dim Juil 03, 2011 4:18 pm
Messages: 11
Cette tranche d'histoire du phreaking à la française rappel l'epopée semi veridique du proto-hacker amercain John Draper et de son sifflet Cptain Crunch à 2600 Hertz qui permetait d'activer une ligne telephonique à la demande, technique perfectionné par 2 de ses amis , Steve Jobs et Steve Wozniak qui avant de fonder Apple produisirent quelques "Blue Box" pour leurs condisciples.

_________________
la Discorde infatigable,
Tout à la fois compagne et sœur de l'homicide Arès,
Qui d'abord se dresse timidement, mais qui bientôt
Touche du front le ciel et de ses pieds foule la terre.


 Hors ligne
 
 Sujet du message: Re: Noochronique cybersexuelle : 1978 "Le réseau"
UNREAD_POSTPosté: Lun Juil 04, 2011 2:41 pm 
NooFondateur
Avatar de l’utilisateur
Inscription: Mar Jan 09, 2007 3:21 am
Messages: 1160
Ehh oui :-) j'y ai pensé aussi, surtout depuis que cette anecdote du sifflet a été le sujet d'un docu sur ARTE

Nous sommes plus au courant de l'histoire de la cyberculture américaine, que de la notre..

mais c'est un peu normal... on a plus de 25 ans de retard dans la vue en terme de modernité à ce niveau la par rapport aux japonais et aux américains.


Yann, NooPapy cyberpunk...


 Hors ligne
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 13 messages ] 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Yahoo [Bot] et 1 invité

Panel

Haut Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Rechercher:
Aller à:  
 cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
Dizayn Ercan Koc