Connexion | M’enregistrer




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 29 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Science et mesure...
UNREAD_POSTPosté: Sam Sep 19, 2009 12:08 am 
NooFondateur
Avatar de l’utilisateur
Inscription: Mar Jan 09, 2007 3:21 am
Messages: 1161
" Ce qui n'est pas vérifiable en science c'est de la métaphysique..."

déclaration de l'astrophysicien Trinh Xuan Thuan dans l'émission de France 2 "le dernier mot" du Vendredi 18 septembre.


 Hors ligne
 
 Sujet du message:
UNREAD_POSTPosté: Lun Sep 21, 2009 6:28 am 
NooActif
Avatar de l’utilisateur
Inscription: Lun Fév 12, 2007 7:07 am
Messages: 137
Localisation: Dans la Marmite
Ce qui n'est pas scientifiquement vérifiable est de la magie... ou sorcellerie, c'est selon :)

_________________
Image


 Hors ligne
 
 Sujet du message:
UNREAD_POSTPosté: Mar Sep 22, 2009 2:17 pm 
NooFondateur
Avatar de l’utilisateur
Inscription: Mar Jan 09, 2007 3:21 am
Messages: 1161
a priori, et AMHA, la magie et la sorcellerie font partie du champ de la métaphysique...

Yann, NooSorcier... ;-)


 Hors ligne
 
 Sujet du message: Re: Science et mesure...
UNREAD_POSTPosté: Mer Sep 23, 2009 1:08 am 
NooActif
Avatar de l’utilisateur
Inscription: Lun Fév 12, 2007 9:53 am
Messages: 103
Localisation: Noosphère
Citation:
Trinh Xuan Thuan "Ce qui n'est pas vérifiable en science c'est de la métaphysique..."


J'aime bien cette citation. Je suis en train de lire "Anathem" de Nean Stephenson, et je tombe à l'instant sur un passage qui y fait écho. (Je traduis comme je peux)

<<Si ce n'est pas testable, ce n'est pas de la physique, c'est de la metaphysique. Une branche de la philosophie. Donc, si on réfléchit de cette façon, notre équipement de test est ce qui définit la frontière qui sépare la science de la philosophie.>>


 Hors ligne
 
 Sujet du message: Re: Science et mesure...
UNREAD_POSTPosté: Jeu Sep 24, 2009 4:21 pm 
NooDiscret
Avatar de l’utilisateur
Inscription: Lun Avr 13, 2009 5:59 pm
Messages: 27
Localisation: Paris, France (Not Texas!)
Matthieu a écrit:
Citation:
Trinh Xuan Thuan "Ce qui n'est pas vérifiable en science c'est de la métaphysique..."


J'aime bien cette citation. Je suis en train de lire "Anathem" de Nean Stephenson, et je tombe à l'instant sur un passage qui y fait écho. (Je traduis comme je peux)

<<Si ce n'est pas testable, ce n'est pas de la physique, c'est de la metaphysique. Une branche de la philosophie. Donc, si on réfléchit de cette façon, notre équipement de test est ce qui définit la frontière qui sépare la science de la philosophie.>>

Echo, ici aussi.
"Testable" Vs. "Vérifiable".
Je pense aux tests, à la puissance des tests, aux erreurs de première et deuxième espèce... Bref, à tous ces interstices où Science* et Métaphysique sont, je crois, indiscernables.

Je crois que j'aime la Métaphysique.
Ce qui m'a toujours fasciné dans les équations qui tentent d'expliquer le monde, c'est le résidu, l'epsilon, cette petite chose irréductible (Humaine, trop humaine ?).
J'aime l'innommable.

* : évidemment, je ne me lancerai pas dans un débat Science dure Vs. Science molle :?.

_________________
Heterosexuality isn't normal, it's just common (Derek Jarman)


 Hors ligne
 
 Sujet du message: Re: Science et mesure...
UNREAD_POSTPosté: Mer Sep 30, 2009 1:09 pm 
NooActif
Avatar de l’utilisateur
Inscription: Lun Fév 12, 2007 9:01 am
Messages: 65
yann.minh a écrit:
" Ce qui n'est pas vérifiable en science c'est de la métaphysique..."
déclaration de l'astrophysicien Trinh Xuan Thuan

Et dans la mesure où l'astrophysique relève essentiellement de l'incontrôlable
et du non-reproductible, convient-il désormais de l'appeler astrométaphysicien,
ou métastrophysicien ?


 Hors ligne
 
 Sujet du message:
UNREAD_POSTPosté: Ven Oct 02, 2009 1:20 pm 
NooFondateur
Avatar de l’utilisateur
Inscription: Mar Jan 09, 2007 3:21 am
Messages: 1161
Je reviens des colloques passionnants auxquels j'ai participé dans le cadre de Souterrain Porte V à Nancy http://www.souterrain-totem.com/ . Et au travers des différentes interventions, j'ai constaté que ma formule "l'art n'est pas la science, et la science n'est pas l'art, mais il y a de l'art en science et de la science en art" était loin d'être impertinente.. surtout en ce moment où art et science sont de plus en plus imbriqués.

J'ai ainsi pu constater qu'il y a une envie très forte chez les amateurs passionnés de NTIC, de vouloir "croire" qu'un réseau de neurones mathématique serait à l'image de nos neurones, alors qu'il y a moins de "ressemblances" entre le fonctionnement ne serait-ce que d'un neurone d'échinoderme et ces modèles mathématiques aussi sophistiqués qu'ils soient, hérités des modèles des années 60 de Rosenblatt ou de Mc Culloch et Pitts, qu'il n'y a de ressemblances entre l'automate de la joueuse de tympanon et un humain.. Appeler ces "modèles" de neurones des : "neuro-automates", lèverait sans doute cette ambiguité linguistique qui conforte l'illusion qu'est en oeuvre la fabrication d'une intelligence artificielle à notre image, ou au mieux à l'image du monde animal.

Les chercheurs en informatique, sont effectivement en train de créer une "intelligence", mais celle-ci n'a et n'aura pas grand chose à voir avec l'intelligence humaine ou animal. Je dirait que c'est une nouvelle forme d'intelligence. (car il ne fait aucun doute pour moi, que le comportement actuel de nos robots est "intelligent", les IA existant dans notre réalité depuis au moins une décennie. et j'adopte le point de vue en la matière de Rodney Brooks qui m'a été relaté par un chercheur en IA : "est intelligent, ce qui nous parait intelligent" )


Pour revenir au sujet de cette enfilade

Il y a pour moi deux tropismes cognitifs en art et en science symétriques similaires ou convergents.

D'une part l'artiste aimerait voir ses oeuvres (sculpture, peinture, croquis, romans ) sortir du champ des arts pour entrer dans celui des sciences, en devenant par exemple un élément de référence prospectif ou historique.

Et inversement, les scientifiques aimeraient pouvoir, comme les artistes, s'affranchir du carcan imposé par la "mesure", pour voir leurs spéculations ou créations atteindre soit le statut d'oeuvres d'art, soit, comme les artistes, de voir le réel rejoindre leurs spéculations intuitives sans avoir eu besoin de passer par le travail de fourmi imposé par la rigueur de la recherche "scientifique".

Ainsi, lorsque qu'un artiste comme moi propose une analyse sociologique et culturelle, comme celle de la "Femme guerrière", http://www.yannminh.com/french/TxtArguments100.html , dans l'état actuel des choses ma spéculation reste du domaine du témoignage ou de l'art.. elle ne pourra acquérir une dimension "scientifique" que si je mets en place une procédure de "mesure" statistique qui validera par confrontation avec le réel, la pertinence ou non de ma proposition.

Inversement, lorsqu'un "scientifique" astrophysicien, propose le concept de "mondes multiples" à la mode en ce moment, il est dans le domaine de la fiction donc de l'art, tant qu'une "mesure" de la réalité n'aura pas validé l'existence sur le plan "physique" de sa proposition.

Il en est de même par exemple pour les créatures noosphériques que sont les "extra-terrestres" qui appartiennent pour l'instant au domaine des arts et de la "métaphysique", tant qu'on en aura pas "mesuré" l'existence…

Ce qui conforte d'ailleurs la nature fondamentalement "métaphysique" de la plupart des oeuvres artistiques dont "l'essence" est de nature informationnelle… donc non physique.. ( pas confondre le support et le contenu, le médium et le message en m'argumentant qu'une peinture existe dans le monde réel :-) )


Alors, bien sur, je suis prêt à entendre que la confrontation au "réel" partagé n'est plus un critère déterminant dans la démarche scientifique, car si c'est vrai ça m'arrange, je pourrai ainsi prétendre aussi au statut de scientifique en plus de nonaute :-)

Yann, NooNaute artiste et scientifique… ;-)

PS : J'utilise ici le terme de métaphysique dans le sens: "au de la de la physique".


 Hors ligne
 
 Sujet du message:
UNREAD_POSTPosté: Ven Oct 02, 2009 7:43 pm 
NooActif
Avatar de l’utilisateur
Inscription: Lun Fév 12, 2007 9:01 am
Messages: 65
yann.minh a écrit:
Inversement, lorsqu'un "scientifique" astrophysicien, propose le concept
de "mondes multiples" à la mode en ce moment, il est dans le domaine
de la fiction donc de l'art

De la fiction, "donc" de l'art ? Drôle d'idée !

Je ne sais pas quel est pour toi l'antonyme de "art", mais celui du terme
de "fiction" est "réel". Dès qu'un scientifique manipule un modèle
— c'est-à-dire une représentation simplifiée de la réalité (ou d'autre chose
d'ailleurs, mais n'ergotons pas) — il est dans le domaine de la fiction.
Presque tout le temps donc, sinon tout le temps pour certains théoriciens.
La démarche scientifique elle-même est basée sur un aller-retour délibéré
entre le monde et ses représentations — entre "réalité" et "fiction", si tu
veux. Ca ne suffit certainement pas à en faire une activité artistique.
(je ne dis pas que de la bonne science ne peut pas être aussi de l'art ;
mais c'est a priori assez rare, alors que le bain de fiction est permanent).

yann.minh a écrit:
Inversement, lorsqu'un "scientifique" astrophysicien, propose le concept
de "mondes multiples" à la mode en ce moment, il est dans le domaine de l'art

Pas nécessairement. C'est un concept assez riche pour être traité de nombreuses
façons, dont certaines sans aucune connotation artistique. Mais il est sûr
que c'est très tentant de jouer avec toutes ses résonances, lorsqu'on met
un doigt dans cet engrenage...


 Hors ligne
 
 Sujet du message:
UNREAD_POSTPosté: Sam Oct 03, 2009 3:01 am 
NooFondateur
Avatar de l’utilisateur
Inscription: Mar Jan 09, 2007 3:21 am
Messages: 1161
Caliban a écrit:
yann.minh a écrit:
Inversement, lorsqu'un "scientifique" astrophysicien, propose le concept
de "mondes multiples" à la mode en ce moment, il est dans le domaine
de la fiction donc de l'art

De la fiction, "donc" de l'art ? Drôle d'idée !
.


Pas tant que ça... relis moi bien...

précisément tes arguments confortent ma proposition :

"il y a de l'art en science... :-)"

Yann NooConforté...


 Hors ligne
 
 Sujet du message:
UNREAD_POSTPosté: Sam Oct 03, 2009 7:45 pm 
NooActif
Avatar de l’utilisateur
Inscription: Lun Fév 12, 2007 9:01 am
Messages: 65
yann.minh a écrit:
Citation:
De la fiction, "donc" de l'art ? Drôle d'idée !

Pas tant que ça... relis moi bien...

Même ainsi, ce "donc" est toujours là, et toujours abusif !

Citation:
précisément tes arguments confortent ma proposition :
"il y a de l'art en science... :-)"

Oui, nous sommes essentiellement d'accord là-dessus — tu le sais
d'ailleurs depuis longtemps — même si je privilégierais une
formulation du genre :
"il y a du beau dans la science, donc la possibilité de l'art".
(et il y a de l'observation dans l'art, donc une possibilité de science...)


 Hors ligne
 
 Sujet du message:
UNREAD_POSTPosté: Dim Oct 04, 2009 1:15 pm 
NooFondateur
Avatar de l’utilisateur
Inscription: Mar Jan 09, 2007 3:21 am
Messages: 1161
Euh...

ben non... enfin dans le contexte dans lequel j'utilise ce terme de fiction, il me parait tout a fait pertinent, et nos capacités de contextualisation devraient faciliter sa compréhension...

Tu es certain que tu n'es pas en train de bloquer sur ce groupe de mot en le sortant de son contexte ? C'est évident pour moi que cette phrase : "... de la fiction donc de l'art" sorti de son contexte est absurde...

Maintenant s'il existe une autre formulation plus adéquate, ou prêtant moins à débat, et qui puisse en quelques mots exprimer le même concept, je suis preneur... :-)

Comme dit Umberto Eco dans l'oeuvre ouverte :

P78
Seulement de tout cela on doit conclure que l’ordre qui règle l’intelligibilité d’un message détermine également son caractère prévisible, en d’autres termes sa banalité. Plus un message est ordonné et compréhensible, plus il prévisible: les messages de voeux et de condoléances, qui se plient à des critères de probabilités extrêmement limités, ont une signification très claire, mais nous apprennent fort peu de choses que nous ne sachions déjà.

P 84
En somme, plus élevée est l’information, plus il est difficile de la communiquer; et plus le message se communique clairement, moins il informe.


 Hors ligne
 
 Sujet du message:
UNREAD_POSTPosté: Lun Oct 05, 2009 12:15 am 
NooActif
Avatar de l’utilisateur
Inscription: Lun Fév 12, 2007 9:01 am
Messages: 65
yann.minh a écrit:
Tu es certain que tu n'es pas en train de bloquer sur ce groupe de mot
en le sortant de son contexte ?

Euh...
Je suis un scientifique, "donc" un peu borné. :-)
(en particulier à propos de marqueurs logiques aussi forts...)

Citation:
Comme dit Umberto Eco dans l'oeuvre ouverte :
En somme, plus élevée est l’information, plus il est difficile de la communiquer;
et plus le message se communique clairement, moins il informe.

En d'autres termes, lorsque je ne comprends pas un texte, ça peut être
parce qu'il véhicule des informations trop "élevées" pour moi...

Je te concède volontiers que ça arrive, et bien trop souvent pour mon goût
et mon confort intellectuel. Mais j'ai la faiblesse de croire que ça reste
assez minoritaire : il arrive aussi que je ne comprenne pas un texte parce
qu'il est mal écrit, ou parce qu'il n'y a pas grand chose à comprendre...


 Hors ligne
 
 Sujet du message:
UNREAD_POSTPosté: Mar Oct 06, 2009 2:19 am 
NooFondateur
Avatar de l’utilisateur
Inscription: Mar Jan 09, 2007 3:21 am
Messages: 1161
Caliban a écrit:
Je ne sais pas quel est pour toi l'antonyme de "art",


c'est "science" ... :-)

Caliban a écrit:
mais celui du terme
de "fiction" est "réel".


Précisément, l'élaboration de "fictions" appartient au domaine de l'art... enfin pour moi... maintenant tu peux ne pas le penser... :-)

Caliban a écrit:
Dès qu'un scientifique manipule un modèle
— c'est-à-dire une représentation simplifiée de la réalité (ou d'autre chose
d'ailleurs, mais n'ergotons pas) — il est dans le domaine de la fiction.
Presque tout le temps donc, sinon tout le temps pour certains théoriciens.
La démarche scientifique elle-même est basée sur un aller-retour délibéré
entre le monde et ses représentations — entre "réalité" et "fiction", si tu
veux. Ca ne suffit certainement pas à en faire une activité artistique.


Ben si... c'est précisément la que se place l'art en science.. :-) sauf que le résultat de cette démarche qui est de nature artistique, n'abouti le plus souvent pas à la production d'oeuvres d'art. Sauf dans le secteur des techno-sciences où le savoir faire scientifique produit souvent des objets qui ont à la fois une vocation scientifique, ou technique, mais aussi artistique... (ponts, ouvrages d'art, automobiles, avions, fusées... )

Tiens un bon exemple, ce sont les photos de galaxies d'hubble.
Il y a d'un côté un système de captation et de mesure scientifique, qu'est Hubble, qui produit des flux de données scientifiques qui n'ont presque rien d'artistiques pour la plupart, mais, les chercheurs vont appliquer une démarche "artistique" en traduisant et interprétant les données d'Hubble pour sélectionner et fabriquer ces magnifiques photos qui, en tant qu'objets informationnels, véhiculent à la fois un contenu "scientifique" mais aussi un contenu "artistique" non "mesurable" car du domaine de la perception/appréhension cognitive humaine.. et quand bien même les "rendus" colorimétriques, de contraste, seraient le résultat d'une transcription "analogique" scientifique, laissant peu de place à une "interprétation" humaine esthétique, ces objets deviennent "artistiques", par leur utilisation "public" .

http://hubblesite.org/
Image


Lorsque Drexler dans "engines of création"
http://en.wikipedia.org/wiki/Engines_of_Creation
spécule un futur de nanomachines, il est en plein dans une démarche artistique, qui va d'ailleurs surtout se concrétiser, non pas sous la forme de nanorobots réels, mais de "représentations" de nano technologies...

http://machinedesign.com/article/molecu ... n-cad-0928
Image

Lorsque Norbert Wiener écrit les formules mathématiques du feed-back et la cybernétique, il est dans la science... lorsqu'il spécule sur la possibilité de "télégraphier" un être humain, il est dans le domaine de l'art... :-)

Image

Lorsque tu installes tes lasers dans ton labo, il y a une démarche scientifique ET une démarche artistique... avec en particulier une "esthétique" et un "champ émotionnel" spécifique au domaine artistique en tout cas moi je l'ai perçu lorsque j'ai visité ton labo...

Caliban a écrit:
(je ne dis pas que de la bonne science ne peut pas être aussi de l'art .


Ben non... j'ose l'affirmer, pour moi ça c'est l'expression d'une confusion... l'art n'est pas la science, et la science n'est pas l'art... l'art n'est pas non plus "de la science" et la science n'est pas non plus "de l'art" par contre, il y a de l'art en science, et de la science en art.. :-)

Mais visiblement j'ai du mal à transmettre ce concept qui pourtant me parait relativement limpide, je vais essayer de le formuler autrement.



Il y a de l'art en science et de la science en art.

Prenons l'art d'abord :

lorsque j'élabore une perspective,

Image

lorsque j'utilise la science de la lumière lorsque je mélange mes couleurs sur la palette, ou dans mon nuancier LAB sur photoshop,
Image

je suis dans une démarche, ou j'utilise la science pour aboutir une oeuvre d'art... par contre, la réalisation de l'oeuvre elle même, dans sa globalité, échappe à la "science", par l'essentiel de la démarche conceptuelle qui préside à son élaboration, et aussi par sa finalité. Ce qui fait d'ailleurs le mystère des grandes oeuvres d'art dont la complexité informationelle, échappe pour l'instant à une "réalisation" et "appréciation" de type scientifique, (dans le sens mesurable).


bien sur tu pourras toujours mesurer combien de gens l'apprécient, tu pourras "scientifiquement" mesurer le nombre de couches de lavis que Vinci à appliqué à la Joconde, mesurer comment la lumière se comporte à la surface de la toile, mesurer à quelle vitesse les goudrons du noir se répandent sur la ronde de nuit de Rembrandt, décomposer et reconstruire en 3D la perspective des Ménines, mais il y a dans ces oeuvres, une dimension qui pour l'instant échappe à la science, qui est justement du domaine de l'art.. car non mesurable et fondamentalement de nature "métaphysique" (à côté, au dela de la physique ), et qu'on pourrait nommer de façon forcément réductrice "l'émotion esthétique"...


Inversement maintenant, prenons la science :

Lorsque Luminet, affirme que, l'univers est multiple, et qu'il y a une infinité d'univers imbriqués, il est bien sur dans le champ de la science au niveau du contexte de sa réflexion, mais pour l'élaborer il applique une démarche artistique. En effet, il n'est pas en train de "mesurer" l'existence de ces univers multiples, il construit une "fiction", ou si tu préfère une "spéculation", qui est le fruit à la fois de sa "science" mais aussi de son intuition, foi, perception globale, et ça pour moi, c'est du domaine de l'art.. ( l'art de faire des spéculations scientifiques ? ) et c'est en ça que je dis, qu'il y a de l'art en science.

Une autre présence de l'art en science, à un niveau juste en dessous de celui décrit précédemment, c'est par exemple, lorsqu'on va parler d'élégance de certaines formules mathématiques, ainsi, le mathématicien, au même titre que le sculpteur, ou l'artisan qui réalise un meuble, fait preuve d'un talent "artistique" dans la maîtrise des outils qu'il va utiliser dans sa recherche scientifique, mais pour autant, l'objet final, conceptuel ou matériel, n'est le plus souvent pas une "oeuvre d'art"...

Cette "proximité", ou "imbrication" de l'art et de la science génère une confusion ou incertitude... car les frontières entre les deux domaines sont subtiles... ce qui fait que nous avons ce débat d'ailleurs.

Yann, Nooesthète...


 Hors ligne
 
 Sujet du message:
UNREAD_POSTPosté: Mar Oct 06, 2009 2:14 pm 
NooActif
Avatar de l’utilisateur
Inscription: Lun Fév 12, 2007 9:01 am
Messages: 65
yann.minh a écrit:
Précisément, l'élaboration de "fictions" appartient au domaine de l'art...
enfin pour moi... maintenant tu peux ne pas le penser... :-) .

C'est juste une question de définitions. J'ai évidemment un emploi
asser strict du terme "scientifique" : pour moi, il fait référence à une
démarche, à une voie particulière d'accès à la connaissance (par opposition
aux voies scolastique et mystique), pas à des discours ou à des objets.

De même, le terme de fiction semble assez bien défini : il s'agit de
l'invention de choses qui ne sont pas réelles.

Je suis en revanche prêt à adopter, le temps de la discussion, la définition
de l'art que tu voudras. Mais si elle inclut, disons, l'élaboration par un
guichetier de la SNCF de la rêverie selon laquelle il est en fait chez lui,
en train de regarder TF1 une canette à la main (fiction incontestable,
si elle est élaborée à son guichet), cette définition de l'art est si vaste
qu'elle en devient totalement inutile. Mon intuition serait plutôt que, pour
avoir un quelconque caractère artsitique, une fiction doive par surcroît
intégrer au moins une intention artistique, et non seulement le fait de
n'être pas réel.

Citation:
Caliban a écrit:
Dès qu'un scientifique manipule un modèle
il est dans le domaine de la fiction

c'est précisément la que se place l'art en science.. :-)

Pareil. Certains modèles — les plus intéressants, en général — comportent
une dimension esthétique, donc possiblement artistique ; mais pas tous.
Lorsque j'écris trois équations utilitaires pour me débarrasser d'un calcul
au plus vite, je peux être dans la fiction, mais je ne crois pas me comporter
en artiste.

Citation:
Tiens un bon exemple, ce sont les photos de galaxies d'hubble.
Il y a d'un côté un système de captation et de mesure scientifique, qu'est
Hubble, qui produit des flux de données scientifiques

C'est là que nous divergeons. Il n'y a pas de "données scientifiques" en soi,
pas plus que Hubble ou ses instruments ne sont intyrinsèquement
scientifiques. C'est l'udage qu'on en fait qui peut l'être (ou non).

Citation:
les chercheurs vont appliquer une démarche "artistique" en traduisant
et interprétant les données d'Hubble pour sélectionner et fabriquer ces
magnifiques photos qui, en tant qu'objets informationnels, véhiculent à la
fois un contenu "scientifique" mais aussi un contenu "artistique" non
"mesurable" car du domaine de la perception/appréhension cognitive humaine..

Mouais. Je ne suis pas assez astrophysicien pour pouvoir évaluer le
"contenu scientifique" de telles images, mais je soupçonne qu'il est faible :
la véritable info se trouve dans les données brutes, et ce genre de traitement
la dégrade considérablement. Il s'agt bien d'art. De communication, auss,
voire de politique : Hubble coûte très cher, et il s'agit d'em mettre plein
les yeux aux décideurs, pour qu'ils aient l'impression d'en avoir pour leur
argent.


Citation:
Lorsque Drexler dans "engines of création"

Pour moi, ce (remarquable) ouvrage est quelque part entre la vulgarisation,
la prospective et la science-fiction. De science, point, ou fort peu.

Citation:
Lorsque Norbert Wiener écrit les formules mathématiques du feed-back
et la cybernétique, il est dans la science... lorsqu'il spécule sur la possibilité
de "télégraphier" un être humain, il est dans le domaine de l'art... :-)

Yep.


Citation:
Caliban a écrit:
(je ne dis pas que de la bonne science ne peut pas être aussi de l'art .

Ben non... j'ose l'affirmer, pour moi ça c'est l'expression d'une confusion...
l'art n'est pas la science, et la science n'est pas l'art...

Pourquoi donc ? Qu'est-ce qui empêcherait, pour toi, une démarche de
présenter consciemment les deux aspects, et de produire des résultats
de grande valeur aussi bien artistique que scientifique ? (je ne dis
pas que c'est facile, seulement que c'est possible)

Citation:
Prenons l'art d'abord :
lorsque j'utilise la science de la lumière lorsque je mélange mes couleurs
sur la palette, ou dans mon nuancier LAB sur photoshop, je suis dans une
démarche, ou j'utilise la science pour aboutir une oeuvre d'art...

Je t'arrête tout de suite. Pour moi, tu es, dans certains domaines, un
technicien hors pair, mais tu n'es aucunement un scientifique, et tu n'utilises
jamais "la science de la lumière" — tout au plus des sous-produits.

Citation:
par contre, la réalisation de l'oeuvre elle même, dans sa globalité, échappe
à la "science", par l'essentiel de la démarche conceptuelle qui préside à
son élaboration, et aussi par sa finalité. Ce qui fait d'ailleurs le mystère
des grandes oeuvres d'art dont la complexité informationelle, échappe
pour l'instant à une "réalisation" et "appréciation" de type scientifique

D'une part, ton "pour l'instant" montre bien que, si ça leur "échappe",
c'est provisoirement et pour des contingences techniques, pas pour des
raisons de principe. Si les sciences cognitives sont encore très loin
de comprendre ce type d'activité créatrice, elles ont vocation à l'étudier,
et il y a aujourd'hui des gens qui appliquet une démarche strictement
scientifique à ces problèmes.

D'autre part, je ne suis évidemment pas d'accord avec ton "ce qui fait le
mystère des grandes œuvres". Le fait de comprendre quelque chose ne
retire rien à sa beauté (et au mystère de la beauté) , cela ne fait qu'y
ajouter. Un biolgiste peut avoir les mêmes émotions que n'importe qui
d'autre en contemplant une rose ; simplement, il voit par surcroît des
choses que le Béotien ne perçoit pas.

Citation:
il y a dans ces oeuvres, une dimension qui pour l'instant échappe à la science,
qui est justement du domaine de l'art..

Je suis aussi très gêné par une définition qui n'ets valable que "pour
l'instant"...


Citation:
Inversement maintenant, prenons la science

A peu près d'accord avec tes commentaires ici.


Citation:
Cette "proximité", ou "imbrication" de l'art et de la science génère une confusion
ou incertitude... car les frontières entre les deux domaines sont subtiles...
ce qui fait que nous avons ce débat d'ailleurs.

Le débat porte sur l'existence même d'une frontière. Pour moi, il est
absurde de poser l'un comme contraire de l'autre : ce sont deux approches
distinctes du monde, évidemment complémentaires mais pas nécessairement
exclusives.


 Hors ligne
 
 Sujet du message:
UNREAD_POSTPosté: Mar Oct 06, 2009 2:46 pm 
NooFondateur
Avatar de l’utilisateur
Inscription: Mar Jan 09, 2007 3:21 am
Messages: 1161
Citation:
D'autre part, je ne suis évidemment pas d'accord avec ton "ce qui fait le mystère des grandes œuvres". Le fait de comprendre quelque chose ne retire rien à sa beauté (et au mystère de la beauté) , cela ne fait qu'y ajouter. Un biolgiste peut avoir les mêmes émotions que n'importe qui d'autre en contemplant une rose ; simplement, il voit par surcroît des
choses que le Béotien ne perçoit pas


Je ne dis pas ça...

a quel moment ais je exprimé le fait qu'un biologiste ne pouvait pas ressentir une émotion artistique ? ou ne pas avoir une relation artistique au monde ? ou que le scientifique ne puisse pas être à la fois esthète et scientifique ?
Au contraire, je ne dénie ni au scientifique d'être un artiste, ni à l'artiste d'être scientifique.. les exemples ne manquent d'ailleurs pas et ce serait être très borné et carrément stupide de ne pas le constater..

a quel moment ais je exprimé le fait que de comprendre une oeuvre retirait à sa beauté ? C'est précisément tout le contraire que je dit...


Yann NooPerplexe


Dernière édition par yann.minh le Mar Oct 06, 2009 4:02 pm, édité 1 fois.

 Hors ligne
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 29 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

Panel

Haut Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Rechercher:
Aller à:  
 cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
Dizayn Ercan Koc