Connexion | M’enregistrer




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 9 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Noochronique Censuree par Facebook
UNREAD_POSTPosté: Ven Déc 16, 2011 9:54 pm 
NooFondateur
Avatar de l’utilisateur
Inscription: Mar Jan 09, 2007 3:21 am
Messages: 1161
Futur et présent de la censure sur les réseaux numériques
NooChronique censurée par Facebook.
viewtopic.php?f=16&t=7115

Il vient de m'arriver un événement interessant.
je vous le relate, car je pense qu'il est important qu'il reste des traces dans la cybersphère et la noosphère de ce genre d'anecdote pour l'histoire future des mondes persistants et des réseaux sociaux numériques. Car dans 20 ans, comme on oublié l'époque où nous militions pour l'usage de l'internet ou de l'informatique, on aura oublié que notre quotidien dans le cyberespace était aussi fait de ce genre de bêtises.

Les administrateurs du réseau social Facebook ce 16 décembre 2011 ont trouvé ce que je racontais tellement dangereux et répréhensible qu'ils ont supprimé mon compte sans préavis, " en raison d'infraction grave aux Standards de la communauté Facebook. " en l'occurrence je suppose à cause d'une série de photos BDSM relativement softs faites pendant la nuit élastique avec Soizic Hess http://soizic-hess.com/ et Flow Martinez que je venais de poster. (voir plus bas)

Image
Image

Citation:
Nos règlements interdisent :
Le téléchargement de contenu de nature sexuelle ou contenant des corps trop dénudés
L’envoi de messages à caractère sexuel



Et voila, parceque les geeks surdoués inventeurs de réseaux sociaux sont incapables ou ne veulent pas avoir à gérer la complexité informationnelle relative à la sexualité humaine, est bannie des réseaux sociaux toute la sexualité sans discernement. La sexualité étant depuis toujours un des moteurs les plus prolifiques en terme de création artistiques et inventions humaines.

Cette absence de discernement, et cette brutalité informationnelle est l'expression d'une faillite intellectuelle, d'une incompétence à la fois technique et culturelle. Outre le fait que c'est de la discrimination sociale, c'est aussi une forme de régression et de trahison dans l'évolution des réseaux numériques vers plus de diversité harmonie et tolérance individuelle et collective.

On est dans l'arbitraire, l'apanage de tous les totalitarismes, ce qui amène au coeur du cyberespace des dérives quotidiennes permanentes sans que nous ayons le moindre recours possible pour nous défendre, voir négocier, comme tous ceux qui sont victimes quotidiennement de cette violence sociale en témoignent.
http://www.thomasmonopoly.com/2011/08/o ... oogle.html

La répression brutale de l'érotisme et de la pornographie dans les masse media est l'expression d'un archaïsme réactionnaire simplificateur steampunk hérité de la pensée analytique simplificatrice et totalitaire du dixneuvième siècle de la vapeur, qui ne devrait plus perdurer à l'âge électrique et biolithique. L'évolution des NTIC, favorise une évolution positive de nos société, et battent en brèche les pouvoirs totalitaires, en permettant au plus grand nombre de pouvoir s'exprimer, communiquer, échanger : exister et affirmer leurs différences. L'ouverture d'espaces d'échanges et de projection identitaire contre la volonté des "pouvoirs" politiques conduisent nos sociétés vers plus de tolérance et de respect des minorités, et d'acceptation de la prodigieuse diversité humaine.
Hélas, paradoxalement, à l'image de la télévision, qui structurellement du fait de sa forme de diffusion pyramidale ne pouvait que tendre vers la simplification consensuelle, les grands réseaux sociaux numériques "horizontaux" comme Facebook, régressent vers cette "normalisation" consensuelle qui régissait les masse media du vingtième siècle, alors qu'ils utilisent précisément un support de diffusion qui autorise techniquement la gestion de la diversité et de la pluralité informationnelle.

Citation:
----------
THE MYTH OF TECHNOLOGY
The world is totally confused—everyone uses the word “technology” for PACKAGES AND CONVENTIONS-- like email, Windows, Facebook, the World Wide Web. These all use technologies but are themselves just collections of design decisions somebody made without asking you. I see humanity as unknowing prisoners in systems of invisible walls— specific conventions created by hidden tekkies, sometimes long ago and never questioned since, by anybody.* The myth of technology is the myth that the software issues are technical; whereas what matters is communicating to
the mind and heart of the user, and that is not a technical issue at all. *So many people see an oppressive interface and say
“Oh, I don’t understand technology!”, when a more appropriate reaction would be: The sons of bitches!

Ted Nelson in Possiplex http://fr.wikipedia.org/wiki/Ted_Nelson


----------
La sexualité étant un des principal sujet de préoccupation et d'intérêts des humains, l'ouverture d'un espace d'échange et de communication collectif ne peut que provoquer l'émergence d'informations érotiques et pornographiques dans les échanges entre utilisateurs.
A tel point que la répression de ces échanges nécessite la mise en place d'équipes de surveillance, et génère une violence ségrégationniste permanente au sein des grands réseaux sociaux numériques, où, quotidiennement des utilisateurs ayant souvent inconsciemment franchies les limites, se font brutalement bannir, et le plus souvent avec un manque de discernement inique.

Ne nous trompons pas, ce n'est pas un problème technique.
L'exclusion systématique de la sexualité dans les réseaux sociaux numériques est avant tout une posture morale réactionnaire volontaire de la part des créateurs ou gestionnaires de ce type de cyberespace, car il est techniquement aisé en informatique de créer des systèmes de critères sélectifs, des filtres informatiques permettant aux utilisateurs de discriminer automatiquement les types de messages émis, et ceux qu'ils ne veulent pas recevoir. Comme c'est le cas dans le monde persistant de Second-Life par exemple, où la discrimination est d'ordre spatiale, mais on peut très bien imaginer d'autres types de régulation qui passeraient par le filtrage et non pas par l'exclusion pur et simple. C'est un peu le BA BA de l'informatique.
Ainsi, si la volonté de tolérance et pluralité démocratique des créateurs et gestionnaire des réseaux sociaux numériques existait vraiment, comme ils font semblant de le revendiquer au travers des révolutions au moyen orient, cette exclusion radicale inique et ségrégationniste de l'iconographie sexuelle n'existerait pas sur leurs réseaux, sans pour autant être imposée aux utilisateurs qui ne souhaitent pas y être confronté.



La différence entre Érotisme et Pornographie.
Mais à supposer que la volonté politique existe d'ouvrir les grands réseaux sociaux à plus de tolérance et de discernement vis à vis de l'expression de la sexualité et des minorités sexuelles, ils vont se retrouver confronté inévitablement à un problème subtile et intéressant à gérer qui me passionne.

Outre la posture morale totalitaire, une des peurs des gestionnaires de réseaux sociaux numériques est de se faire submerger par la pornographie, ce qui aurait pour conséquence la désaffection d'une partie des utilisateurs que l'expression de la sexualité dans les médias indispose. Il n'est pas souhaitable de mettre en place un processus qui provoquerait un autre type d'exclusion inversée : ceux que l'expression graphique, audiovisuelle, interactive et littéraire de la sexualité dérange.
C'est un peu la problématique de mon premier machinima de 1987 : micrographie.
http://www.yannminh.org/french/Vid-Micrographie.html
http://www.youtube.com/watch?v=C2BVJIi-WgM

Je pense que dans cette problématique, il y a plusieurs catégories d'utilisateurs à discerner.
1) Les enfants, pour qui toute représentation sexuelle que ce soit érotique ou pornographique est à proscrire.
2) Les adolescents mineurs, qui peuvent avoir accès à certaines catégories d'informations sexuelles, mais pas toute.
3) Les adultes qui souhaitent, de façon tout a fait respectable ne pas être confronté à quelque imagerie ou contenu à caractère sexuel.
4) Les adultes qui ne souhaitent pas être confrontés à de la pornographie, mais sont amateurs d'érotisme.
5) Les adultes qui ne souhaitent pas discriminer ce type d'information.

1, 2, 3 et 5 sont techniquement faciles à résoudre. Il suffit comme j'explique pus haut de mettre en place des systèmes de filtres, de contrôle parental, de vérification par carte bleue comme cela existe déjà et fonctionne.

Pour 4, par contre, les modérateurs et les administrateurs des réseaux sociaux numériques sont confrontés à un problème cognitif fondamental, qui dépasse de très loin les seuls enjeux de la régulation administrative.
Il n'est pas possible d'appliquer des règles de discrimination analytique sur ce qui pourrait différencier érotisme et pornographie, car cette différence ne peut pas être abordée au travers d'une perception analytique rationnelle, mais au travers d'une perception intuitive culturelle.

Une coïncidence amusante (il n'y a pas de hasard) c'est qu'en lisant le même jour le Courrier International, je découvre que cette désactivation intervient alors qu'en égypte, une jeune militante étudiante en science politique Aliaa Magda Elmahdy particulièrement courageuse et provocatrice, est devenue pour certains l'emblème de la "liberté" démocratique occidentale, et de la puissance révolutionnaire antitotalitarisme de l'internet, parce qu'elle a sur son blog mis en ligne (au risque de sa vie) des autoportraits d'elle nue, avec un texte qu'il conviendrait d'envoyer aussi aux "administrateurs" censeurs amateurs des réseaux sociaux numériques contemporains. Ce qui dérange beaucoup de chroniqueurs, qui se trouvent, par son action, renvoyés précisément aux limites de la liberté d'expression en "occident" démocratique.

http://arebelsdiary.blogspot.com/
Journal d'une révolutionnaire : Art nu.
“Commencez d’abord par juger les modèles qui posaient nus à l’Ecole des Beaux-Arts jusqu’au début des années 70, cachez tous les livres d’art et cassez les statues de nus dans les musées, puis enlevez vos vêtements, regardez-vous dans le miroir, brûlez vos corps que vous méprisez pour vous débarrasser enfin de vos frustrations sexuelles, faites tout cela avant de m’insulter, de m’envoyer vos commentaires racistes et de me dénier le droit de m’exprimer librement”.

Image

Il est intéressant de constater que l'image mise en ligne par Aliaa Magda Elmahdy est très précisément une image qui appartient au champ informationnel de l'érotisme et non de la pornographie. En cela je me sens solidaire du combat dangereux dans lequel elle s'est engagée, et je ne l'accuserai pas du tout comme certains le font de naïveté, ou de manipulation. Certainement, emportée par l'espoir, ou les illusions révolutionnaires, elle revendique un niveau de liberté d'expression qui n'existe pas encore dans le modèle démocratique occidental et cela dérange beaucoup de monde, que ce soit ici, comme dans son pays où certains groupes libéraux se dissocient de son action.

Par cette image, Allia Magda Elmahdy (toute proportions gardées) évolue dans une quête de modernité similaire à la mienne, en revendiquant une liberté d'expression complexe, référente au domaine de l'art, un des plus haut niveau de traitement de l'information humaine avec la science.
Elle a positionné sa revendication très précisément dans le champ des arts plastiques, un des secteurs emblématiques de notre "liberté individuelle" démocratique occidentale et de lutte contre les totalitarismes (par réaction au contrôle de l'art par les politiques ou les religieux cf Entartete Kunst http://fr.wikipedia.org/wiki/Art_degenere )
La majorité des éléments qui font que cette image appartient au domaine de l'art et de l'érotisme sont quasi explicites et rationnels car mesurables.
La photo est en noir et blanc, graphiquement composée, avec des touches de couleurs rouges mettant en exergue trois éléments caractéristiques. Nous sommes très loin ici de la simple captation de l'acte sexuel propre à l'iconographie pornographique. A cela il faut ajouter le contexte dans lequel cette image a été créée et diffusée, et pour tout esprit "cultivé" il devient indéniable que nous avons affaire la à une oeuvre d'art. Importante du fait de son contexte, et l'histoire et la carrière de son auteur nous dira si ça deviendra une oeuvre majeure...
Et la, effectivement, je vous vois penser.. je titille la de mon petit doigt conceptuel une frontière cognitive subtile voir irritante, sinon jubilatoire :
Notre cerveau gauche, un peu trop analytique, va immédiatement objecter qu'en pornographie il n'y a pas que de la captation, il existe aussi tout un travail de mise en scène, de mise en lumière, de scénarisation, de jeu d'acteur, même s'ils sont souvent sommaires…
Ehhhh oui…et c'est bien la le problème…
C'est ce qui fait que pour l'instant, les humains se différencient des machines… autant nous pouvons reproduire en informatique des processus analytiques "rationnels", permettant de discriminer un certain type d'informations répondant à des critères de type analytique, autant, pour l'instant, nous sommes incapables de reproduire ces processus de discrimination complexes, mettant en jeu une myriade d'informations discontinues de type contextuelles, temporelles, historiques esthétiques, culturelles, artistiques… , qui fait que nous avons, en tant qu'humains, la capacité de faire la différence entre l'érotisme et la pornographie, entre la photo de Aliaa Magda Elmahdy et une photo extraite de la myriade de sites à vocation pornographique, qui n'ont d'ailleurs aucune prétention artistique revendiquée.

Bien sur, les contextes sont très différents... et je suis très impressionné par le courage et la prise de risque de cette jeune militante egyptienne dont l'action s'inscrit dans un contexte incomparablement plus dangereux que celui de la france actuelle...

Et je ne vais pas me battre vainement en brandissant l'étendard de la liberté d'expression BDSM sur le net... ce serait le pire des cheval de bataille... :-) quoique...

En tenant compte de la différence de contexte, il me semble que c'est un sujet de réflexion important ... pour le futur des réseaux sociaux numériques on ne devrait pas laisser promouvoir un tel modèle de ségrégation et d'arbitraire totalitaire.

La bonne solution, n'est pas de censurer tout ce qui de près ou de loin pourrait ressembler à du "sexe", mais d'aménager des espaces informatiques où les adultes sexuellement épanouis peuvent communiquer dans les réseaux sociaux sans se marginaliser, et sans risquer de choquer les mineurs, les frustrés, les pervers moralistes, ou tout simplement ceux qui ne désirent pas à plus juste titre être en permanence confronté à cette iconographie.



Voici la série de photos qui a sans doute provoqué la suppression de mon compte par FaceBook.
C'est une noochronique, comme j'ai l'habitude d'en mettre en ligne depuis des années, comme celles-ci
viewtopic.php?f=16&t=678
viewtopic.php?t=306
viewtopic.php?f=45&t=595
viewtopic.php?f=16&t=1011
viewtopic.php?f=16&t=1797
...

NooCroisière Subspatiale.
--------------------
Je fais mes photos sur pied, en pose longue (5 à 15 secondes) en "squattant" les flashs des autres photographes.
Si nécessaire j'ajoute parfois un peu de lumière à l'aide d'une petite lampe de poche à diodes, qui donne une lumière bleue autour de 6500°K.
Ainsi je conserve une partie de l'atmosphère lumineuse et chromatique des lieux originaux, tout en accentuant une relative subjectivité fictionnelle.
Avec cette technique, les personnes sont souvent floues, mais cela donne un effet de "vie", et ça permet aussi de conserver l'anonymat du public qui bouge toujours un peu.
(Sauf les robots et les cyborgs qui peuvent conserver une parfaite immobilité pendant plusieurs secondes, mais ça ne les dérange pas d'être reconnus)
J'utilise un fish-eye, car cela permet de se rapprocher de notre vision naturelle, et d'acenttuer la contextualisation de la captation en donnant une grande importance au décors.
Bien que j'aime beaucoup ce type d'images, j'évite dans le cadre de mes "nooexplorations" la photo au flash et au téléobjectif qui ont tendance à décontextualiser la prise de vue en rendant flou les arrières plan pour centrer l'attention sur le sujet, et donnent à la photo un côté "studio" en ajoutant la source de lumière intense et centrée du flash.
Quitte a être flou et déformé, je choisis de privilégier l'intégration du sujet à son environnement.
Le plus souvent je fais mes photos en HDRI sur 5 diaphragmes (Bracketting), en RAW.
Ce qui me permet en post-production de restituer les très hautes lumières et les très basses lumières, en compositant plusieurs calques, de la photo sous exposée, à la photo surexposée.
En post production, plutôt que d'avoir une balance des blancs neutres et "réaliste", je vais renforcer les contrastes colorimétriques entre la lumière du jour (5600°k), et la lumière artificielle (3400°K), ceci afin de privilégier une perception cognitive subjective "reconstruite" proche des lumières utilisées en cinéma et série TV de fiction américaines (3 Points avec contre de bleu et orangé en latéral).


Comme chaque année, je devais ce vendredi aller au festival de science-fiction de Sèvres
viewtopic.php?f=16&t=442
http://www.yannminh.org/Sevres-2006/index.htm
mais mon amie photographe Soizic Hess http://soizic-hess.com/ de passage à Paris
m'a invité à l'accompagner à la Nuit Élastique http://www.nuit-elastique.com/ sur la péniche Henjo
près de Notre-Dame.
Du coup j'ai renoncé à la SF pour le BDSM... terrible les choix qu'il faut faire dans la vie parfois...

Soizic avec son "toutou" devant la péniche Henjo.
Image

Vers les profondeurs du nooscaphe grandeur réel
Image

Aloysse et Soizic sur le pont du vaisseau, on peut percevoir la membrane noosphérique
caractéristique de ce quartier de Paris.
Image
Image

Performance de Philippe de Beaumond à la nuit elastique de decembre 2011
sur la Peniche Henjo, près de Notre Dame, Avec Gorgone.
http://www.debeaumond.com/

Image
Image
Image
Image

J'ai titré cette photo "Emergence Subspatiale", car on a l'impression que Gorgone
émerge d'un portail informationnel dans notre biosphère projetée par les flux de la noosphère...
Image

Soizic Hess et Flow Martinez expérimentant un E_Stims ...
Image
Image

Flow préparant une immersion subspatiale…
Image

Dans le vestiaire, juste avant de partir...
Image


 Hors ligne
 
 Sujet du message: Re: Noochronique Censuree par Facebook
UNREAD_POSTPosté: Dim Déc 18, 2011 1:45 pm 
NooActif
Avatar de l’utilisateur
Inscription: Lun Fév 12, 2007 9:01 am
Messages: 65
Salut, Yann.

Si je ne suis pas client de Facebook, c'est en bonne partie parce que ce type d'incident,
profondément antipathique, y est possible. Je n'adhère en aucune façon à l'idéologie qui
me semble sous-tendre ce réseau.

Pour autant, je ne trouve pas ta réaction bien convaincante. Tu es un assez vieux noonaute
pour savoir faire la différence entre lieux publics et privés, virtuels ou non. Pas plus qu'Usenet
à l'époque, dont les passerelles étaient des machines privées, dont les propriétaires ne
nous devaient rien, ou qu'un forum au propriétaire bien identifié aujourd'hui, Facebook n'est
un lieu public. Y revendiquer une totale liberté d'expression relève soit d'une profonde naïveté
— je sais bien que ce n'est pas ton cas — soit d'une provocation dont je ne suis pas sûr de
bien voir l'intérêt.


yann.minh a écrit:
Les administrateurs du réseau social Facebook ce 16 décembre 2011 ont trouvé ce que je
racontais tellement dangereux et répréhensible qu'ils ont supprimé mon compte sans préavis,
"en raison d'infraction grave aux Standards de la communauté Facebook. "

Ben non. Ils l'ont trouvé contraire aux standards qu'ils ont choisi pour LEUR réseau. Ce n'est
ni synonyme de "dangereux et répréhensible", ni même une indication de leur morale privée.


Citation:
Et voila, parceque [ces] geeks surdoués (...) ne veulent pas avoir à gérer la complexité informationnelle
relative à la sexualité humaine (...) Cette absence de discernement

Quelle absence de discernement ? Il me semble au contraire qu'ils discernent assez bien les problèmes
que les bigots et autres ligues de vertu sont susceptibles de leur poser, et ils n'ont en effet pas envie
d'avoir à les gérer. Au nom de quoi voudrais-tu les y obliger ?

Citation:
Et voila (...) est bannie des réseaux sociaux toute la sexualité sans discernement.

Non, pas des réseaux sociaux. De leur réseau social. La différence est fondamentale.
Une interdiction générale serait une atteinte grave à ta liberté. Un règlement local est l'expression
de la leur, y compris à ton égard.

Citation:
Outre le fait que c'est de la discrimination sociale

Je ne vois pas bien le rapport.

Citation:
On est dans l'arbitraire

Ben oui. Charbonnier est maître chez lui.

Citation:
On est dans l'arbitraire, l'apanage de tous les totalitarismes

Les deux notions n'ont pas grand chose à voir. Historiquement, la plupart
des totalitarismes tendraient même, au contraire, à s'abriter derrière des
procédures assez strictes.

Yann a écrit:
La bonne solution, n'est pas de censurer tout ce qui de près ou de loin pourrait ressembler à du
"sexe", mais d'aménager des espaces informatiques où les adultes sexuellement épanouis peuvent
communiquer dans les réseaux sociaux sans se marginaliser, et sans risquer de choquer les mineurs,
les frustrés, les pervers moralistes, ou tout simplement ceux qui ne désirent pas à plus juste titre
être en permanence confronté à cette iconographie.

Ben oui. Qui t'en empêche ?
(pour le coup, c'est là que je crierais très fort au scandale !)



Yann a écrit:
Une coïncidence amusante (il n'y a pas de hasard) c'est qu'en lisant le même jour le Courrier
International, je découvre que cette désactivation intervient alors qu'en égypte, une jeune militante
étudiante en science politique Aliaa Magda Elmahdy particulièrement courageuse et provocatrice, est
devenue pour certains l'emblème de la "liberté" démocratique occidentale

Aliaa Magda Elmahdy a écrit:
Commencez d’abord par juger les modèles qui posaient nus à l’Ecole des Beaux-Arts
jusqu’au début des années 70, cachez tous les livres d’art et cassez les statues de nus dans les
musées, puis enlevez vos vêtements, regardez-vous dans le miroir, brûlez vos corps que vous méprisez
pour vous débarrasser enfin de vos frustrations sexuelles, faites tout cela avant de m’insulter,
de m’envoyer vos commentaires racistes et de me dénier le droit de m’exprimer librement”.

Mouais. Je crois comprendre l'intérêt artistique du geste, mais ce type de prose "transgressive"
m'évoque plus les années 1960-70 — l'art de ses grands-parents, au milieu du siècle dernier ? —
voire 1920, qu'un concept bien nouveau.

Yann a écrit:
elle revendique un niveau de liberté d'expression qui n'existe pas encore dans le modèle démocratique
occidental et cela dérange beaucoup de monde, que ce soit ici, comme dans son pays où certains
groupes libéraux se dissocient de son action.

Si l'on veut bien oublier un instant les dimensions sexuelle et artistique de l'affaire, il y a un peu de quoi
se "dissocier", en effet... Non seulement, objectivement, c'est elle qui initie la violence verbale (brûler
nos corps, rien que ça !), mais la seule liberté d'expression qu'elle revendique est la sienne propre. Dans
le même souffle, elle suspend à une hyperbole la liberté de ceux qui ne seraient pas d'accord avec elle
de lui répondre sur le même ton. Pas ma conception du débat démocratique, désolé.

Yann a écrit:
et je suis très impressionné par le courage et la prise de risque de cette jeune militante egyptienne
dont l'action s'inscrit dans un contexte incomparablement plus dangereux que celui de la france actuelle...

Moi aussi, par ailleurs. Chapeau bas.

amicalement,
éric


 Hors ligne
 
 Sujet du message: Re: Noochronique Censuree par Facebook
UNREAD_POSTPosté: Lun Déc 19, 2011 5:55 am 
NooFondateur
Avatar de l’utilisateur
Inscription: Mar Jan 09, 2007 3:21 am
Messages: 1161
Caliban a écrit:
Salut, Yann.


Bonjour Caliban

Eh eh... c'est bien, je sens vu les réactions par ci par la que je gratte la où ça démange... :-)

Citation:
Pour autant, je ne trouve pas ta réaction bien convaincante. Tu es un assez vieux noonaute
pour savoir faire la différence entre lieux publics et privés, virtuels ou non. Pas plus qu'Usenet
à l'époque, dont les passerelles étaient des machines privées, dont les propriétaires ne
nous devaient rien,


ah non... précisément usenet a été l'enjeu de conflits autour de la liberté d'expression sexuelle... et ceci des les origines, combats qui ont été gagnés par les défenseurs de l'expression sexuelle, le plus emblématique ayant été la création de l'arborescence .alt suite à la fameuse cabale de la dorsale... ( the great renaming )
http://fr.giganews.com/usenet-history/
http://www.pornographyhistory.com/

Citation:
ou qu'un forum au propriétaire bien identifié aujourd'hui, Facebook n'est
un lieu public. Y revendiquer une totale liberté d'expression relève soit d'une profonde naïveté
— je sais bien que ce n'est pas ton cas — soit d'une provocation dont je ne suis pas sûr de
bien voir l'intérêt.



Ah non, jamais je ne revendiquerai une totale liberté d'expression où que ce soit... c'est impossible, et effectivement naïf... non non non

je revendique la liberté d'expression sexuelle sur les grands réseaux sociaux numériques (entre autre) et la mise en place d'outils permettant de pouvoir discriminer avec pertinence les contenus des messages sur ces réseaux sans générer de ségrégation à l'égard des amateurs d'érotisme en particulier... euh... je me répète la...


Citation:
Ben non. Ils l'ont trouvé contraire aux standards qu'ils ont choisi pour LEUR réseau. Ce n'est
ni synonyme de "dangereux et répréhensible", ni même une indication de leur morale privée.


Ah si, c'est une indication de leur morale privée, et c'est précisément ce que je dénonce... d'autres réseaux sociaux se sont efforcés de gérer la sexualité dans les échanges, comme Twitter et Second Life, si FB ne le fait pas à son échelle, c'est qu'il ne le veut pas. FB a largement les moyens financiers pour résister aux actions juridiques des associations moralistes, comme il le fait contre ceux qui l'attaquent pour ses dérives actuelles.. FB a également largement les moyens techniques de mettre en place des procédures de régulation logicielles qui permettraient à la sexualité d'être exprimée sans porter préjudice aux utilisateurs mineurs ou réticents. S'ils ne le font pas, je ne vois pas d'autres raisons que morales...
... liées certainement à la volonté d'attirer les enfants... paradoxe... ils se retrouvent du coup à essayer d'empêcher les humains de parler sexe... rien que de formuler la chose exprime la vanité et l'impossible pérennité de la démarche.. :-)


Citation:
Quelle absence de discernement ? Il me semble au contraire qu'ils discernent assez bien les problèmes
que les bigots et autres ligues de vertu sont susceptibles de leur poser, et ils n'ont en effet pas envie
d'avoir à les gérer.


Oui, du discernement dans le manque de discernement... je te le concède... :-)


Citation:
Au nom de quoi voudrais-tu les y obliger ?

Je ne vais rien obliger... Au nom du respect des personnes, de la modernité, de la tolérance des minorités en particulier sexuelles..

Mais de toute façon, ces archaïsmes sont temporaires... leur position est intenable sur le long terme.... :-)
Ce n'est pas moi qui vais les obliger à quoi que ce soit, ce sera juste l'histoire... :-)


la position de Facebook est claire et écrite : no sexe dans les échanges...
ce qui n'est pas le cas par exemple de Google +
où dans les critères discriminants sur les messages, la sexualité - et c'est une absence signifiante vu l'air du temps- n'est étonnament pas citée.
(sauf la pédophilie, qui est explicitement interdite sur Google+ ce que je trouve normal, et pour des raisons morales tout a fait assumées et exprimées )

Citation:
Citation:
Et voila (...) est bannie des réseaux sociaux toute la sexualité sans discernement.

Non, pas des réseaux sociaux. De leur réseau social. La différence est fondamentale.
Une interdiction générale serait une atteinte grave à ta liberté. Un règlement local est l'expression
de la leur, y compris à ton égard.

Citation:
Outre le fait que c'est de la discrimination sociale

Je ne vois pas bien le rapport.


Des réseaux sociaux... je persiste et signe, c'est à la mode en ce moment de proscrire les échanges à caractère sexuel ou érotique sur l'ensemble du web, comme d'ailleurs dans le lieux d'exposition RL.. l'ambiance est à serre les fesses pour la plupart des administrateurs, qui adoptent l'attitude : "dans le doute abstiens toi.. " et y en a marre ...

Je considère que j'appartiens à une minorité sexuelle qui sont les pratiquants de la sexualité BDSM, et les artistes créateurs d'oeuvres érotiques, et je revendique le droit de pouvoir communiquer sur les réseaux sociaux numériques, sans devoir me heurter quasi systématiquement à une discrimination brutale et agressive. C'est du devoir des créateurs de Facebook de s'efforcer de mettre en place des systèmes de communication non excluants Cyber-socialement. (comme il est du devoir des organisateurs d'expositions de permettre aux arts érotiques d'être présentés au public, en mettant en place les procédures de contrôle de l'age des visiteurs.)
S'ils ne le font pas, je trouve tout a fait normale de m'exprimer sur la question et de critiquer leur positionnement technique et moral induit.

Citation:
Citation:
On est dans l'arbitraire

Ben oui. Charbonnier est maître chez lui.


Non.. c'est curieux que tu utilises cette formule archaïque qui n'avait sans doute même pas de pertinence à son époque.. Nous sommes dans une société beaucoup plus complexe qu'aux origines de l'expression, où Charbonnier n'est absolument pas maître chez lui... en particulier lorsqu'il ya ségrégation...
Charbonnier va se faire taper sur les doigts s'il continue a faire de la ségrégation sociale comme il le fait... tu vas voir, avant 10 ans, ils vont devoir changer de posture ou disparaître...

et si Charbonnier fait ce qu'il veut, ben moi aussi :-) Donc je critique.

Citation:
Citation:
On est dans l'arbitraire, l'apanage de tous les totalitarismes

Les deux notions n'ont pas grand chose à voir. Historiquement, la plupart
des totalitarismes tendraient même, au contraire, à s'abriter derrière des
procédures assez strictes.


Euh... comprends pas ta remarque...
Les totalitarismes sont incapables et se refusent à gérer la différence et la complexité humaine, et donc ont un tropisme très fort vers la simplification sociale par élimination. C'est exactement ce que fait Facebook.
Et cette posture réactionnaire simplificatrice est à l'opposée de l'évolution vers une société pluraliste plus complexe, favorisée précisément par le développement informatique, qui permet justement de gérer plus de complexité à l'échelle des nations, comme de la planète.


EDIT: J'ai compris... procédures strictes versus arbitraire...
nan nan... précisément les procédures strictes et simplificatrices générent de l'arbitraire, c'est à dire l'arbitraire du censeur qui, faute de discernement se retrouve à faire n'importe quoi. La complexité du réel et en particulier des humains nécessitera toujours une "interprétation" des règles au niveau de leurs applications. Facebook s'est engouffré dans une impasse, où ils ne peuvent pas respecter leurs règles strictes de façon cohérente, car la sexualité étant omniprésente dans les créations et activités des internautes, que ce soit textuelles ou graphiques, ils tombent dans l'arbitraire de la dénonciation.. Ce qui moralement est aussi haïssable, car ils confortent une société de la délation... et de la vengeance par délation... pfff.. berrrk... je vais gerber... je reviens... :(


Citation:
Yann a écrit:
La bonne solution, n'est pas de censurer tout ce qui de près ou de loin pourrait ressembler à du "sexe", mais d'aménager des espaces informatiques où les adultes sexuellement épanouis peuvent communiquer dans les réseaux sociaux sans se marginaliser, et sans risquer de choquer les mineurs, les frustrés, les pervers moralistes, ou tout simplement ceux qui ne désirent pas à plus juste titre
être en permanence confronté à cette iconographie.

Ben oui. Qui t'en empêche ?
(pour le coup, c'est là que je crierais très fort au scandale !)



La je ne peux que réécrire ce que j'ai écrit plus haut..

Après, si tu considères que je ne peux qu'admettre sans critique, la "légitimité" des gestionnaires de Facebook d'exclure la sexualité des échanges entre ses utilisateurs quitte à exclure à la fois tout un champ de la création artistique humaine, ainsi que des communautés et minorités sociales... c'est ton droit...
je ne le partage pas... et je revendique le droit de critiquer et dénoncer cette attitude de leur part...

Moi je considère que cette posture de la part d'un des principal réseau social est néfaste, et je la critique, avec d'autant plus de légitimité que je viens d'en être directement victime. Déja, je ne me sentais pas très à l'aise depuis plusieurs mois de contribuer à un réseau social numérique qui régulièrement bannissait les comptes de mes amis...

Facebook a largement dépassé la taille d'un petit forum ou réseau social marginal, la rançon de leur succès, fait qu'à leur échelle ils ont le devoir de ne pas contribuer à conforter des processus de discrimination et exclusion sociale et culturelle. (sans parler du prosélytisme de la délation qui sévit partout en ce moment sur le net... ) (1)
La sexualité n'est pas un terrorisme, et encore moins son expression artistique à travers l'érotisme.
A l'échelle qu'ils ont atteint, il est de leur devoir de gérer la ... pfff... je me répète... et je trouve mes arguments cohérents... mais je comprends très bien qu'ils dérangent certains... pas de problème, j'assume. :-)


A ce propos, il est interdit sur le forum des NooNautes de parler science, philosophie et science-fiction... tout contrevenant verra son compte supprimé....


:-)

Citation:
Yann a écrit:
Une coïncidence amusante (il n'y a pas de hasard) c'est qu'en lisant le même jour le Courrier International, je découvre que cette désactivation intervient alors qu'en égypte, une jeune militante
étudiante en science politique Aliaa Magda Elmahdy particulièrement courageuse et provocatrice, est
devenue pour certains l'emblème de la "liberté" démocratique occidentale

Aliaa Magda Elmahdy a écrit:
Commencez d’abord par juger les modèles qui posaient nus à l’Ecole des Beaux-Arts jusqu’au début des années 70, cachez tous les livres d’art et cassez les statues de nus dans les
musées, puis enlevez vos vêtements, regardez-vous dans le miroir, brûlez vos corps que vous méprisez
pour vous débarrasser enfin de vos frustrations sexuelles, faites tout cela avant de m’insulter,
de m’envoyer vos commentaires racistes et de me dénier le droit de m’exprimer librement”.


Mouais. Je crois comprendre l'intérêt artistique du geste, mais ce type de prose "transgressive"
m'évoque plus les années 1960-70 — l'art de ses grands-parents, au milieu du siècle dernier ? —
voire 1920, qu'un concept bien nouveau.


non, effectivement pas nouveau : la liberté sexuelle, et la libération des femmes était un beau combat, et il est malheureusement toujours d'actualité... en particulier dans la sienne...

Citation:
Yann a écrit:
elle revendique un niveau de liberté d'expression qui n'existe pas encore dans le modèle démocratique occidental et cela dérange beaucoup de monde, que ce soit ici, comme dans son pays où certains groupes libéraux se dissocient de son action.


Si l'on veut bien oublier un instant les dimensions sexuelle et artistique de l'affaire, il y a un peu de quoi
se "dissocier", en effet... Non seulement, objectivement, c'est elle qui initie la violence verbale (brûler
nos corps, rien que ça !), mais la seule liberté d'expression qu'elle revendique est la sienne propre. Dans
le même souffle, elle suspend à une hyperbole la liberté de ceux qui ne seraient pas d'accord avec elle
de lui répondre sur le même ton. Pas ma conception du débat démocratique, désolé.


Euh... jette un oeil sur son blog...
La dimension sexuelle et artistique de l'affaire est fondamentale, et tu ne peux pas faire abstraction du contexte et du climat de violence dans lequel se situe son action.
ta remarque me fait penser à ces professionnels de la photo ou de l'art qui lui reprochent sur son blog de ne pas avoir fait une oeuvre ou une photo plus maîtrisée techniquement ou artistiquement...
On n'est pas la dans un débat démocratique dans le confort de l'assemblée nationale française, ni dans le salon mondain d'un vernissage parisien...
on est dans une affirmation existentielle, une lutte identitaire d'une jeune femme pour sa survie, et qui risque sa peau et celle de son ami dans le cadre d'une revendication existentielle passant de façon très consciente et affirmée par l'expression artistique et l'affirmation de sa sexualité, via le cyberespace ... c'est énorme.
Pour l'instant je me refuse à critiquer les maladresses de sa prose, et de son expression artistique, ce que je vois de sa démarche pour l'instant, et son âge, priment sur maturité artistique et littéraire.


Citation:
Yann a écrit:
et je suis très impressionné par le courage et la prise de risque de cette jeune militante egyptienne
dont l'action s'inscrit dans un contexte incomparablement plus dangereux que celui de la france actuelle...

Moi aussi, par ailleurs. Chapeau bas.


amicalement,
éric[/quote]

Merci de ton soutien... :-)

yann NooSoutenu...


(1) a propos de la délation... anecdote, une de mes ancienne amie était hotesse d'accueil en Interim, et s'est retrouvée à faire le standard de la chaine de télévision la Cinquième... tous les jours, m'a t'elle dit, elle recevait au moins dix appels de personnes qui protestaient contre une trop forte présence de gens de couleurs dans les présentateurs de la chaîne. Bien entendu, Jamais la direction de la chaîne ne tenait compte de ces revendications racistes, au contraire, ils s'efforçaient précisément à l'époque de favoriser la mixité . il y aura toujours des gens pour dénoncer tout et n'importe quoi, le devoir des institutions est de résister aux pressions populaires qui confortent l'exclusion, la xénophobie, la ségrégation, la discrimination de minorités/majorités sociales, sexuelles, raciales, culturelles... pour au contraire favoriser l'intégration sociale. Facebook est devenu un masse media, et en tant que masse media, ils ont un devoir d'exemplarité. Pour l'instant, comme pour Apple, Facebook s'est clairement positionné du côté de l'exclusion de l'expression sexuelle sur leur réseau... et de façon totalement subjective, individuelle, personnelle je m'insurge contre cette position morale. Je trouve que la répression de l'expression de la sexualité dans nos réseaux informationnels prend une ampleur déprimante, et ce qui me déprime le plus, c'est que ça se fait dans l'indifférence, voir le consentement général.


 Hors ligne
 
 Sujet du message: Re: Noochronique Censuree par Facebook
UNREAD_POSTPosté: Lun Déc 19, 2011 11:04 am 
NooActif
Avatar de l’utilisateur
Inscription: Lun Fév 12, 2007 9:01 am
Messages: 65
)-------------


 Hors ligne
 
 Sujet du message: Re: Noochronique Censuree par Facebook
UNREAD_POSTPosté: Lun Déc 19, 2011 7:45 pm 
NooFondateur
Avatar de l’utilisateur
Inscription: Mar Jan 09, 2007 3:21 am
Messages: 1161
Arrggghh

désolé mauvaise manip...

j'ai édité ton message au lieu d'y répondre... (oui j'ai ce pouvoir en tant qu'administrateur) et du coup je l'ai perdu..

pffff... voila le défaut d'être un dieu dans son monde... on a le pouvoir de censure absolu...
tu as le droit de t'insurger contre cet abus de pouvoir inique...

Bon, est-ce que tu as, avec de la chance une copie de ton message en mémoire cache, pour le restituer...

Yann NooInquisiteur Totalitaire maladroit...

PS: par contre j'ai conservé ma réponse avec les Quotes de la plupart de tes remarques..


 Hors ligne
 
 Sujet du message: Re: Noochronique Censuree par Facebook
UNREAD_POSTPosté: Lun Déc 19, 2011 7:50 pm 
NooFondateur
Avatar de l’utilisateur
Inscription: Mar Jan 09, 2007 3:21 am
Messages: 1161
Citation:
yann.minh a écrit:
si tu considères que je ne peux qu'admettre sans critique, la "légitimité" des gestionnaires
de Facebook d'exclure la sexualité des échanges entre ses utilisateurs quitte à exclure à la fois tout
un champ de la création artistique humaine, ainsi que des communautés et minorités sociales...
c'est ton droit...
je ne le partage pas... et je revendique le droit de critiquer et dénoncer cette attitude de leur part...
"Sans critique", certainement pas. Tu es absolument libre de critiquer et de dénoncer à ta guise
la politique de qui tu veux — ici, chez toi, du moins. En revanche, je ne vois pas comment toi ou
moi pourrions contester la légitimité des gestionnaires de Facebook à gérer Facebook. Il ne faut pas
confondre usager et actionnaire...


Mais ça c'est toi qui imagine que je conteste la "légitimité" de Facebook a faire ce qu'ils veulent...
a quel moment ais-je écrit que ce qu'ils faisaient était "illégitime" ?
Je sais bien qu'ils ont le "droit" pour eux... c'est bien la qu'est le problème... et c'est pourquoi je me contente de protester... et de dénoncer leur abus de pouvoir...
S'ils n'avaient pas la "légitimité" pour eux, ça fait longtemps qu'ils se seraient fait exploser pour leurs différentes pratiques...

Citation:
yann.minh a écrit:
Caliban a écrit:
Usenet à l'époque, dont les passerelles étaient des machines privées,
dont les propriétaires ne nous devaient rien
ah non... précisément usenet a été l'enjeu de conflits autour de la liberté d'expression sexuelle...
et ceci des les origines, combats qui ont été gagnés par les défenseurs de l'expression sexuelle,
le plus emblématique ayant été la création de l'arborescence .alt suite à la fameuse cabale de la dorsale...
Parce que les dits propriétaires — ou les dinos qu'ils employaient pour gérer leurs machines — étaient
comme nous de vieux anars. Mais ça restait leur engagement, au nom de leurs convictions personnelles,
et non de je ne sais quelle obligation à l'égard des utilisateurs gratuits. D'ailleurs, tous les serveurs
ne proposaient pas les hiérarchies alt.erotica ou alt.sex, loin de là.


n'empêche... :-) ils ont essayé, et n'ont pas réussi... car le "réel" est plus puissant... c'est ce qui va arriver à FB.
et je le répète, au niveau légal, FB est dans son droit... moi je proteste et dénonce cet abus de pouvoir qui conforte des processus d'exclusion et ségrégation sociale.

Citation:
yann.minh a écrit:
Je considère que j'appartiens à une minorité sexuelle qui sont les pratiquants de la sexualité BDSM,
et les artistes créateurs d'oeuvres érotiques, et je revendique le droit de pouvoir communiquer sur
les réseaux sociaux numériques, sans devoir me heurter quasi systématiquement à une discrimination
brutale et agressive.
Systématiquement, non : je suis tout prêt à défendre ton droit à créer un réseau social à ta convenance.
Quasi-systématiquement, c'est une autre affaire. Si tu es sur une position très minoritaire, il ne me
semble pas illogique qu'elle ne soit défendue que par une minorité de réseaux.


Toutafé... si je n'appartenais pas à une minorité, il n'y aurait pas de problème... quoique...
En fait, non... j'appartiens à une majorité, celle des humains ayant un intérêt pour la sexualité... :-)
C'est pourquoi FB devra de toute façon modifier sa posture sur le long terme...


Citation:
yann.minh a écrit:
C'est du devoir des créateurs de Facebook de s'efforcer de mettre en place des
systèmes de communication non excluants Cyber-socialement.

Toujours pas d'accord, désolé. Ma liberté s'arrête où commence la tienne, mais ça marche dans
les deux sens. Je ne me reconnais (et à personne d'autre, sympathique ou pas) ni droits, ni devoirs
à ton égard en tant que membre de quelque minorité que ce soit. Ni dieu, ni maître, ni politiquement
correct !


Ah mais ne te sens aucun devoirs à mon égard :-)
ne t'inquiète pas, je sais que je suis seul et isolé dans cette histoire,et que c'est se battre contre des moulins à vent...
d'ailleurs je ne me bat pas, je me contente d'exprimer mon indignation sur mon forum.. ça soulage :-)

Citation:
yann.minh a écrit:
Facebook a largement dépassé la taille d'un petit forum ou réseau social marginal,
la rançon de leur succès, fait qu'à leur échelle ils ont le devoir de ne pas contribuer à conforter
des processus de discrimination et exclusion sociale et culturelle.


Si je te suis bien, ce serait donc la taille qui crée des devoirs ? Toujours pas d'accord.
Je ne vois pas bien pourquoi l'Eglise catholique aurait plus de devoirs qu'une secte protestante
dix mille fois moins nombreuse. Ou pourquoi les hétéros auraient plus de devoirs à l'égard
des homosexuels, moins nombreux, que l'inverse.

Pour moi, les droits et devoirs fondamentaux de chacun sont ceux exprimés dans le préambule
de la constitution, c'est-à-dire la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen. Et ce sont les
mêmes pour tous, sans distinction de sexualité ou de taille.


Ehhh oui.. exactement... :-)

Tiens puisque tu reviens aux fondamentaux...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Discrimination


Citation:
yann.minh a écrit:
(comme il est du devoir des organisateurs d'expositions de permettre aux arts
érotiques d'être présentés au public, en mettant en place les procédures de contrôle de l'age des visiteurs.)
De quelles expos parles-tu ? D'événements organisés sur fonds public ? D'accord avec toi.
D'événements privés ? Certainement pas. Prétends-tu vraiment imposer à des dames patronnesses
de faire place à des œuvres BDSM dans leurs expos ? Ce serait une atteinte grave à la liberté
d'une minorité tout aussi légitime que les tiennes !


Pfff... arrête d'être carricatural, une expo de dame patronale, est l'équivalent d'un petit forum, ça n'a rien a voir avec Facebook, qui par son ampleur et la quantité d'utilisateurs concernés voit ses responsabilités sociales et éthiques augmenter... on ne gère pas une épicerie comme on gère un groupe de grande distribution.. à partir du moment où ton produit concerne des millions de personnes, que tu sois dans un secteur privé ou publique tu vas devoir faire face à des revendications sociales particulières... après, tu choisis de les écouter ou ... pas..

Et arrête de me préter la naïveté de croire que ce que je revendique serait "légitime" dans le sens du "droit"... ça nous conduis dans ce dialogue de sourds. Je vais formuler ma revendication de façon plus compréhensible à la Ted Nelson :
"Facebook tu est un son of the bitch de m'avoir viré de ton club, je vais aller raconter partout comment tu fais de la discrimination à mon égard et celle de mes potes... même si tu es légalement dans ton droit."

Citation:
yann.minh a écrit:
Caliban a écrit:
Charbonnier est maître chez lui.

Non.. c'est curieux que tu utilises cette formule archaïque qui n'avait sans doute même pas
de pertinence à son époque.
Tu as le droit de la prendre en partie au second degré. A l'époque, elle évoquait surtout l'autorité
de l'homme, fût-il au bas de l'échelle sociale, sur son épouse.


Alors c'est mieux de mettre un smiley, afin que ça soit explicite que c'est du second degré... et dans ce cas je ne m'engage pas à argumenter.

Citation:
yann.minh a écrit:
A ce propos, il est interdit sur le forum des NooNautes de parler science,
philosophie et science-fiction... tout contrevenant verra son compte supprimé....

Je prendrai probablement le risque... mais ne contesterais certainement pas mon exclusion
de la noocrypte si, d'aventure, tu venais à la décider !


Ben j'espère bien... :-)

[ Aliaa Magda Elmahdy]
Citation:
Yann a écrit:
La dimension sexuelle et artistique de l'affaire est fondamentale, et tu ne peux
pas faire abstraction du contexte et du climat de violence dans lequel se situe son action.


Si, justement, je peux. C'est encore et toujours le même débat : chacun prend en compte
ce qu'il veut, et fait abstraction de ce qu'il veut. Quelle que soit la légitimité de ton point de vue,
tu ne peux forcer personne à l'adopter.


ça c'est certain, tu penses ce que tu veux... :-) heureusement.
juste que dans son cas, elle réagit et dénonce précisément tout un tas de gens qui s'efforcent de lui imposer leur point de vue, par la loi, la religion et la violence...
Libre a toi, après de ne pas vouloir en tenir compte, et rester sur une position "légaliste"... c'est un choix, pas le mien...
moi je préfère la flexibilité cognitive, et tenir compte du contexte dans mes évaluations et jugements... ça doit être mon côté artiste...

Citation:
Yann a écrit:
ta remarque me fait penser à ces professionnels de la photo ou de l'art qui lui reprochent
sur son blog de ne pas avoir fait une oeuvre ou une photo plus maîtrisée techniquement
ou artistiquement...
Oui. En l'occurrence, je suis plus sensible aux mots qu'aux images, et ma première réaction
est de me sentir agressé par sa prose — autant d'ailleurs par sa piètre qualité littéraire
et intellectuelle, à mon sens, que par le fond. Au risque de l'arrogance, je ne crois pas que
cette posture soit particulièrement primaire, au sens où il ne serait un peu informé ni du contexte,
ni des enjeux politiques, sociaux, voire artistiques.


Ben c'est la que notre regard sur le monde diverge...

Citation:
Yann a écrit:
Pour l'instant je me refuse à critiquer les maladresses de sa prose, et de son expression
artistique, ce que je vois de sa démarche pour l'instant, et son âge, priment sur maturité
artistique et littéraire.


Oui — tant qu'on n'en fait pas un modèle artistique, justement.


Et bien ça l'est déja devenu.. quoique que tu en pense... comme je l'ai expliqué, par son traitement formel de l'image, du fait du contexte dans lequel cette oeuvre a été diffusée, et aussi du point de vue de l'analyse de l'art, où les oeuvres doivent toujours être recontextualisées...
On est sorti depuis longtemps de cette époque où l'art n'était défini que par la valeur technique de l'oeuvre, et en particulier on est passé par le "contextuel" dans les années 80, http://fr.wikipedia.org/wiki/Art_contextuel avec des figures de proue emblématiques
Jan Swidzinski http://www.erudit.org/culture/inter1068 ... 6357ac.pdf ou Paul Ardenne.

Et dans tous les cas, moi je considère que ce qu'elle fait s'inscrit parfaitement dans ma définition propre de l'art, ou je vois l'art comme du traitement de l'information à un des plus hauts niveau de l'humanité, et je lui donne sans hésiter le brevet de Noocapitaine pour sa stratégie et la médaille du NooNaute pour sa bravoure :
Elle instrumentalise la création artistique pour faire passer un message individuel et existentiel fort, et en cela elle s'inscrit dans une démarche similaire à celle du Hors Humain http://www.horshumain.org/ et Thierry Ehrmann de la demeure du Chaos. http://www.demeureduchaos.org/ ... certe il y a des maladresses, elle n'a pas la maturité en terme de maîtrise technique des créations de ces deux références, mais elle a de toute façon inscrit son action dans l'histoire de l'art, a un niveau de notoriété et d'impacte noosphérique qu'aucun de mes étudiants n'a encore jamais atteint...

Citation:
yann.minh a écrit:
Ah si, c'est une indication de leur morale privée, et c'est précisément ce que je dénonce...
Attention. Là, tu t'engages sur une pente dangereuse. Inférer une morale privée d'une position
publique à propos d'une position publique sur un point précis dans un domaine bien délimité, c'est une
pratique inquisitoire classique. Tu contribues à légitimer tous les procès d'intention — et tu sais aussi
bien que moi que, une fois ce genre d'argument légitimé, ce n'est pas contre les puissants propriétaires
de Facebook qu'il sera retourné...


wow... j'ai vraiment ce pouvoir la ? :-)

y a t'il des raisons autres que morales de réprimer l'expression de la sexualité dans les média ?
http://fr.wikipedia.org/wiki/Morale


Yann, NooInquisiteur, instrumentalisateur d'art...


 Hors ligne
 
 Sujet du message: Re: Noochronique Censuree par Facebook
UNREAD_POSTPosté: Lun Déc 19, 2011 9:25 pm 
NooActif
Avatar de l’utilisateur
Inscription: Lun Fév 12, 2007 9:01 am
Messages: 65
yann.minh a écrit:
Pfff... arrête d'être carricatural, une expo de dame patronale, est l'équivalent d'un petit forum,
ça n'a rien a voir avec Facebook, qui par son ampleur et la quantité d'utilisateurs concernés voit
ses responsabilités sociales et éthiques augmenter...

Ce ne serait donc pas les devoirs, mais la responsabilité qui serait liée à la taille.
Là, d'accord, en partie du moins. Mais il s'agit alors pour moi d'une responsabilité globale,
non à l'égard des individus (au-delà du contrat d'utilisation) ou des minorités.

yann.minh a écrit:
à partir du moment où ton produit concerne des millions de personnes, que tu sois
dans un secteur privé ou publique tu vas devoir faire face à des revendications sociales
particulières... après, tu choisis de les écouter ou ... pas..

Yep.

yann.minh a écrit:
Alors c'est mieux de mettre un smiley, afin que ça soit explicite que c'est du second degré...

:shock: (c'est bien comme ça que ça marche ?)

Yann Minh qui revendique des indicateurs explicites d'un possible sous-texte ? :shock:

J'aurai tout vu ! :roll: :wink: :twisted: :oops:
(et :arrow: )



yann.minh a écrit:
Pfff... arrête d'être carricatural, une expo de dame patronale, est l'équivalent d'un petit forum

Ce n'est pas une caricature, c'est un passage à la limite. Très utile pour cerner les limites d'un raisonnement.


[ Aliaa Magda Elmahdy]
Caliban a écrit:
Yann a écrit:
ce que je vois de sa démarche pour l'instant, et son âge, priment sur maturité
artistique et littéraire.
Oui — tant qu'on n'en fait pas un modèle artistique, justement.
Yann a écrit:
Et bien ça l'est déja devenu.. quoique que tu en pense... comme je l'ai expliqué,
par son traitement formel de l'image, du fait du contexte dans lequel cette oeuvre a été diffusée,
et aussi du point de vue de l'analyse de l'art

Je ne le penses pas. Tu soutiens que c'est une démarche artistique courageuse (je n'en doute pas
une seconde) et importante (là, ça reste à voir). Admettons. Ca n'en fait pas pour autant un modèle
artistique : bien au contraire, il me semble que c'est elle qui reproduit assez servilement (je parle
seulement de sa démarche artistique — et ce n'est même pas un reproche pour une aussi jeune femme,
qui fait très légitimement ses gammes) des codes déjà anciens, un modèle plus ou moins classique.


yann.minh a écrit:
On est sorti depuis longtemps de cette époque où l'art n'était défini que par la valeur
technique de l'oeuvre, et en particulier on est passé par le "contextuel" dans les années 80

Elle n'était pas née. Nous disons la même chose, non ?


 Hors ligne
 
 Sujet du message: Re: Noochronique Censuree par Facebook
UNREAD_POSTPosté: Lun Déc 19, 2011 10:31 pm 
NooFondateur
Avatar de l’utilisateur
Inscription: Mar Jan 09, 2007 3:21 am
Messages: 1161
Citation:
yann.minh a écrit:
Pfff... arrête d'être carricatural, une expo de dame patronale, est l'équivalent d'un petit forum,
ça n'a rien a voir avec Facebook, qui par son ampleur et la quantité d'utilisateurs concernés voit
ses responsabilités sociales et éthiques augmenter...

Ce ne serait donc pas les devoirs, mais la responsabilité qui serait liée à la taille.
Là, d'accord, en partie du moins. Mais il s'agit alors pour moi d'une responsabilité globale,
non à l'égard des individus (au-delà du contrat d'utilisation) ou des minorités.


si tu veux... quoique... les handicapés sont minoritaires mais à une certaine échelle, architecturale, transport, accès, il me paraît normal, souhaitable, essentiel que les institutions, privées ou publiques s'efforcent de mettre en place des systèmes qui tiennent compte de leur existence... moi en temps qu'handicapé sexuel (je souffre d'une noobsession BDSM incurable, et nous sommes nombreux dans mon cas, je souhaite que FB mette tienne compte de mon existence et mette en place un dispositif me permettant de pouvoir utiliser leurs services pour communiquer avec les membres de ma minorité sexuelle. :twisted: :D :) :shock:

yann.minh a écrit:
Alors c'est mieux de mettre un smiley, afin que ça soit explicite que c'est du second degré...

:shock: (c'est bien comme ça que ça marche ?)

Yann Minh qui revendique des indicateurs explicites d'un possible sous-texte ? :shock:

J'aurai tout vu ! :roll: :wink: :twisted: :oops:
(et :arrow: )

euh... j'ai toujours été militant des smileys... j'ai toujours trouvé que c'était une idée géniale d'ajouter une méta information graphique qui vient compenser d'éventuelles lacunes informationnelles dans un document.
J'avais d'ailleurs fait ça avant l'heure dans mon mémoire de fin d'étude en 1984 aux art déco, (utiliser des icones comme référents à des réflexions complexes), et ça avait fortement irrité les membres universitaires du Jury.... c'est épuisant d'avoir tout le temps 25 ans d'avance...

Citation:
yann.minh a écrit:
Pfff... arrête d'être carricatural, une expo de dame patronale, est l'équivalent d'un petit forum

Ce n'est pas une caricature, c'est un passage à la limite. Très utile pour cerner les limites d'un raisonnement.


Mes raisonnements sont sans limites, car j'ai depuis longtemps passé les bornes..

Citation:
[ Aliaa Magda Elmahdy]
Caliban a écrit:
Yann a écrit:
ce que je vois de sa démarche pour l'instant, et son âge, priment sur maturité
artistique et littéraire.
Oui — tant qu'on n'en fait pas un modèle artistique, justement.
Yann a écrit:
Et bien ça l'est déja devenu.. quoique que tu en pense... comme je l'ai expliqué,
par son traitement formel de l'image, du fait du contexte dans lequel cette oeuvre a été diffusée,
et aussi du point de vue de l'analyse de l'art, où les oeuvres doivent toujours être recontextualisées...


Je ne le penses pas. Tu soutiens que c'est une démarche artistique courageuse (je n'en doute pas
une seconde) et importante (là, ça reste à voir). Admettons. Ca n'en fait pas pour autant un modèle
artistique : bien au contraire, il me semble que c'est elle qui reproduit assez servilement (je parle
seulement de sa démarche artistique — et ce n'est même pas un reproche pour une aussi jeune femme,
qui fait très légitimement ses gammes) des codes déjà anciens, un modèle plus ou moins classique.


A l'intérieur d'une oeuvre, il y a très souvent des éléments archétypaux traditionnels hérités de l'histoire de l'art... ainsi dans les tableaux de Dali tu trouves pleins d'éléments de figuration réaliste traditionnels.. c'est à la fois leur organisation dans la toile, et le contexte de l'oeuvre de Dali qui fait qu'on a affaire à une oeuvre exceptionnelle...

Elle fait référence à la transposition de son corps dans le cyberespace dans une de ses réponses en arabe sur le blog, la dimension "artistique" de ce qu'elle fait est dans l'ensemble des éléments présents sur son site, et de la performance médiatique et politique qu'il est devenu. En terme de modèle, sauf catastrophe, je suis convaincu que c'en est déja un... je peux te garantir qu'il ne va pas manquer de profs, de chroniqueurs artistiques, et de théoriciens de l'art et de la cyberculture dans le futur pour faire référence à son action.


Citation:
yann.minh a écrit:
On est sorti depuis longtemps de cette époque où l'art n'était défini que par la valeur
technique de l'oeuvre, et en particulier on est passé par le "contextuel" dans les années 80

Elle n'était pas née. Nous disons la même chose, non ?


Mais toi tu étais né..

Euh.. ben... je n'ai pas cette impression, mais si tu le dis.. :-)


Yann NooConsensuel..


 Hors ligne
 
 Sujet du message: Re: Noochronique Censuree par Facebook
UNREAD_POSTPosté: Lun Déc 19, 2011 11:32 pm 
NooActif
Avatar de l’utilisateur
Inscription: Lun Fév 12, 2007 9:01 am
Messages: 65
yann.minh a écrit:
j'ai toujours été militant des smileys... j'ai toujours trouvé que c'était une idée
géniale d'ajouter une méta information graphique qui vient compenser d'éventuelles lacunes
informationnelles dans un document.
Et je suis un nostalgique d'un français précis, ne laissant place qu'à des lacunes et des ambiguïtés délibérées...
(sans compter que, si j'en crois Léon Brillouin, la science commence là où la signification des mots
est étroitement précisée...)


[ Aliaa Magda Elmahdy]
Yann a écrit:
A l'intérieur d'une oeuvre, il y a très souvent des éléments archétypaux traditionnels hérités
de l'histoire de l'art... ainsi dans les tableaux de Dali tu trouves pleins d'éléments de figuration réaliste
traditionnels.. c'est à la fois leur organisation dans la toile, et le contexte de l'oeuvre de Dali qui fait
qu'on a affaire à une oeuvre exceptionnelle...
Le génie du bonhomme, un peu, aussi...

Yann a écrit:
je peux te garantir qu'il ne va pas manquer de profs, de chroniqueurs artistiques, et de
théoriciens de l'art et de la cyberculture dans le futur pour faire référence à son action.

Tu as probablement raison. Mais je soupçonne que parmi ces profs, chroniqueurs artistiques et
théoriciens de l'art se trouveront aussi quelques fumistes qui n'y verront qu'un moyen pratique
de réduire un événement socio-politique complexe, enraciné dans une culture trop étrangère,
à quelques tropes microcosmiques.


yann.minh a écrit:
les handicapés sont minoritaires mais à une certaine échelle, architecturale, transport, accès,
il me paraît normal, souhaitable, essentiel que les institutions, privées ou publiques s'efforcent
de mettre en place des systèmes qui tiennent compte de leur existence...
C'est un tout autre débat, mais... Souhaitable, assurément. Essentiel, non. La plupart des institutions
ont, par essence, une fonction qu'elles peuvent remplir indépendamment de leur rapport aux
handicapés. Et l'urgence ou la pauvreté imposent parfois d'assumer des systèmes discriminatoires.


 Hors ligne
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 9 messages ] 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

Panel

Haut Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Rechercher:
Aller à:  
 cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
Dizayn Ercan Koc